Les meilleurs films du 1er septembre 2014

Chaque jour, Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme de ce lundi, les bandes-annonces et critiques de:

  • Another Year
  • Incassable
  • Las Vegas 21
  • Le beau Serge

882331

Another Year [3*]

ARTE 20H50

De Mike Leigh (2010). Avec Jim Broadbent, Lesley Manville.

Mike Leigh n’aime rien plus que ces solitaires célestes à l’existence imparfaite. Et il nous en dresse un portrait sensible, mais aussi mordant à travers l’histoire d’un couple, Tom et Gerri (!), vue sur quatre saisons, et autour duquel gravitent des personnages sacrément barrés, donc sacrément humains. Une comédie à la tonalité gris clair qui fait aimer la vie.

Incassable [2*]

AB3 20H05

De M. Night Shyamalan (2000). Avec Bruce Willis, Samuel L. Jackson.

David sort sans la moindre égratignure d’une catastrophe ferroviaire dont il est le seul survivant. Il est alors contacté par un amateur de comics qui prétend détenir l’explication de cet étrange phénomène. Construit à la manière d’un puzzle et imbriquant à merveille l’univers de la BD, Incassable dévoile peu à peu ses mystères autour d’un Willis parfait dans la recherche éperdue de sa véritable identité.

Las Vegas 21 [2*]

CLUB RTL 20H25

De Robert Luketic (2008). Avec Jim Sturgess, Kevin Spacey.

Basé sur des faits réels, le film raconte comment un groupe de jeunes mathématiciens et leur mentor de professeur parvinrent par de savants calculs à dominer le hasard du black jack et à empocher des millions à Las Vegas. Fiction oblige, Ben sera confronté à un agent démoniaque du casino. Spacey est l’atout majeur de ce thriller bien ficelé, surfant sur la vague d’Ocean’s Eleven, mais la frime et le panache en moins.

Le beau Serge [2*]

TV5MONDE 21H00

De Claude Chabrol (1958). Avec Gérard Blain, Jean-Claude Brialy.

Un héritage permet à Chabrol de réaliser son premier long métrage, qui fut aussi le coup d’envoi de la Nouvelle Vague. Tournant dans les décors naturels de la Creuse où il passa son adolescence, le cinéaste tire le portrait d’une amitié singulière et un rien naïve où François en bon Samaritain vient sauver Serge, joli garçon, mais alcoolique destructeur. Déjà roublard, le cinéaste débutant maîtrise un cocktail étonnant entre mélodrame christique et homosexualité voilée, défendu par un excellent duo d’acteurs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité