Les meilleurs films du 19 septembre 2013

Notre sélection de films et les bandes-annonces:

  • Tanguy
  • Do not disturb
  • L'agence
  • Règlement de comptes

944447

Règlement de comptes TCM 17H15 [3*]

De Fritz Lang (1953). Avec Glenn Ford, Gloria Grahame.
Lang tenait ce long métrage de sa période américaine en très haute estime. Et ce pour une simple raison, qui irrigue toute son œuvre: comme M, le maudit (son film préféré), il aborde ce moment précis où tout homme, même le plus incorruptible, peut basculer. Parcourant la ligne étroite entre la truanderie et la loi, ce film d’une rare violence offre à Marvin un grand rôle de salaud. Notamment dans cette scène impressionnante où il ébouillante le visage de Gloria Grahame.

L’agence RTL-TVI 20H25 [2*]

De George Nolfi (2011). Avec Matt Damon, Emily Blunt.
Ça a le goût d’une comédie romantique, mais ce n’en est pas tout à fait une. Adapté d’une nouvelle de Philip K. Dick, le récit amoureux va rapidement prendre des allures de science-fiction, où il s’agit de redevenir maître de son destin. Pas facile quand des forces invisibles semblent avoir une longueur d’avance. Balancés dans un chaos qui contamine aussi la mise en scène, Matt Damon et Emily Blunt sont les atouts majeurs de cette cavale divertissante.

Tanguy FRANCE 3 20H45 [2*]

D’Etienne Chatiliez (2001). Avec Eric Berger, André Dussollier.
C’est un fait, les enfants restent de plus en plus tard chez papa-maman. Dans cette comédie un poil hystérique, Chatiliez s’est amusé à imaginer jusqu’à quelles extrémités une telle situation pouvait mener, mêlant douceur et méchanceté crasse. C’est ainsi que la guerre est déclarée entre Tanguy, un bébé squatteur de 28 ans, et ses parents excédés. Dussollier et Azéma font un grand numéro en couple "arrivé", pétant les plombs avec une drôlerie étincelante.

Do Not Disturb BE 1 20H55 [1*]

D’Yvan Attal (2012). Avec François Cluzet, Yvan Attal.
Au cours d’une soirée, deux potes font un pari fou: ils coucheront ensemble dans un porno amateur. Certaines scènes ne manquent pas de piquant et Cluzet et Attal sont au poil. Mais ce remake vaguement psychologisant de Humpday ne creuse pas assez profond son sujet en or de l’ambiguïté sexuelle.

Sur le même sujet
Plus d'actualité