Les meilleurs films du 18 septembre 2013

Notre sélection de films et les bandes-annonces

  • Valse avec Bachir
  • 7 ans de séduction
  • Espion, lève-toi
  • We are 4 lions

943999

Valse avec Bachir FRANCE 4 22H30 [3*]

D’Ari Folman (2008). Avec les voix d’Ari Folman, Ori Sivan.
Epoustouflant "documentaire animé", Valse… évoque le questionnement douloureusement métaphysique d’Ari Folman sur le massacre des réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila en 1982. Illustrée par le dessin qui donne tout son sens au récit historique nimbé d’onirisme, cette prise de conscience intime de l’ex-soldat israélien bouleverse par la puissance de sa vérité. A (re)voir!

7 ans de séduction AB3 20H05 [2*]

De Nigel Cole (2005). Avec Ashton Kutcher, Amanda Peet.
Après une rencontre inattendue dans les toilettes d’un avion, Oliver et Emily se perdent de vue. Puis se retrouvent, et se perdent encore. Si elle n’atteint pas le niveau de Quand Harry rencontre Sally auquel son pitch fait penser, cette comédie romantique a au moins deux atouts pour séduire: un jeune couple archi-charismatique auquel on croit d’emblée, et un scénario qui s’écarte du mieux qu’il peut des clichés du genre.

Espion, lève-toi ARTE 13H35 [2*]

D’Yves Boisset (1981). Avec Lino Ventura, Michel Piccoli.
L’histoire de ce thriller tortueux et un rien daté, qui voit se "réveiller" à Zurich un espion en sommeil depuis huit ans, vaut aussi d’être racontée. C’est Zulawski qui devait au départ mettre le film en scène. Mais après un désaccord profond avec le réalisateur polonais, Ventura, ami proche du producteur du film, le congédia. Ironie du sort, Lino y croise le fer avec un inquiétant Piccoli, celui-là même qui lui rafla le rôle principal des Choses de la vie que Claude Sautet lui destinait à l’origine.

We Are Four Lions ARTE 23H20 [2*]

De Chris Morris (2010). Avec Riz Ahmed, Nigel Lindsay.
La comédie a choqué les Anglais pour ses similitudes avec des attentats terroristes réellement perpétrés à Londres en 2005. Mais la satire est suffisamment pointue et grinçante pour comprendre que le réalisateur n’avait pas d’autre but, en filmant ces pieds nickelés, que de désamorcer par le rire la paranoïa d’une Europe livrée au terrorisme aveugle. Audacieux, certes, mais franchement drôle!

Sur le même sujet
Plus d'actualité