Les meilleurs films du 16 février 2014

Chaque jour, retrouvez le meilleur des films diffusés avec les bandes-annonces et la cote de chacun de ceux-ci. Aujourd'hui:

  • 11.6
  • Burn after reading
  • La Grande Illusion
  • Voyage à Deux

1039082

La grande illusion [4*]

ARTE 20H45

De Jean Renoir (1937). Avec Jean Gabin, Erich von Stroheim.

Un camp de prisonniers durant la Première Guerre mondiale. Deux officiers ennemis dissertent de la déliquescence de l’aristocratie, tandis que deux Français se font la belle… Renoir dissèque toutes les strates et les inégalités de la société française de l’époque (l’aristocrate déçu, le Français moyen hâbleur, le Juif bien intégré en France…) dans ce chef-d’œuvre dont le pacifisme fut jugé démoralisateur à l’aube de la guerre. D’abord interdit, le film fut amputé de 18 minutes!

Voyage à deux [3*]

TCM 20H40

De Stanley Donen (1967). Avec Albert Finney, Audrey Hepburn.

Pour reconstituer l’historique de ce puzzle conjugal, on se raccroche aux tenues vestimentaires de Hepburn et aux différentes voitures de Finney, seuls repères pour nous retrouver. Un jeu plaisant pour revivre cette histoire d’amour souriante, mais doucement grave. Mêlant constamment passé et présent, ce beau film court désespérément – sans se départir de son ton moderne – derrière l’époque révolue de "l’amour toujours".

Burn After Reading [2*]

FRANCE 2 20H35

De Joel et Ethan Coen (2008). Avec Brad Pitt, George Clooney.

Deux employés sans cervelle d’un club de fitness font chanter un ex-agent de la CIA. Avec son brushing impossible et sa dégaine d’attardé, Pitt est l’atout rire de cette comédie déjantée au scénario un peu replet. Une petite récréation pour les frères Coen qui se transforme en plaisir jouissif pour les spectateurs.

11.6 [2*]

BE1 20H55

De Philippe Godeau (2013). Avec François Cluzet, Bouli Lanners.

Adaptant l’histoire vraie d’un convoyeur de fonds qui a fait main basse sur les 11,6 millions d’euros de son fourgon blindé, Godeau opte davantage pour le portrait psychologique que pour le thriller musclé. Et même s’il ne livre pas toutes les parts d’ombre du véritable Toni Musulin, bien lui en a pris: ce film de casse sort du lot. Dans la peau de ce gangster taciturne empêtré dans ses échecs, Cluzet prouve une nouvelle fois qu’il est bien le meilleur acteur français actuel.

Sur le même sujet
Plus d'actualité