Les meilleurs films du 16 août 2013

Les meilleurs films de ce vendredi et les trailers de:

  • Les saveurs du palais
  • The Duchess
  • Heureux mortels
  • Waitress

924065

The Duchess LA DEUX 20H25 [2*]

De Saul Dibb (2008). Avec Keira Knightley, Ralph Fiennes.

Angleterre, fin du 18e siècle. Adulée par le peuple, condamnée à un mariage à trois avec la maîtresse de son mari et à des frasques amoureuses, Georgiana Cavendish, duchesse du Devonshire, semble avoir pas mal de points communs avec une certaine Lady Di. Et pour cause: c’est son arrière-arrière-grand-mère! Comme prévu, la belle Keira Knightley étincelle dans ses costumes, et cette bio un peu mélo échappe à toute mièvrerie grâce à son appréciable touche british et à un Ralph Fiennes royal.

Waitress PLUG RTL 20H40 [2*]

D’Adrienne Shelly (2006). Avec Keri Russell, Nathan Fillion.

Reconnue pour ses délicieuses tartes, Jenna la serveuse est beaucoup moins heureuse en amour: elle est enceinte d’un mari qu’elle n’aime pas et amoureuse de son gynéco. Si ses couleurs sont plutôt rose bonbon et chantilly, ce film d’Adrienne Shelly n’a rien d’une comédie romantique tarte à la crème. Shelly réalise un portrait secrètement salé de cette barmaid, révélant sous des allures très fantaisistes les brisures intimes d’une femme moderne et féministe avide de liberté. Un joli film doux-amer terni par le destin funèbre de sa réalisatrice.

Les saveurs du palais BE 1 20H55 [2*]

De Christian Vincent (2012). Avec Catherine Frot, Jean d’Ormesson.

L’écrivain Jean d’Ormesson a toujours fait l’acteur sur les plateaux télé. Cette fois, il passe le pas du cinéma, aux côté d’une truculente Catherine Frot, pour une délicieuse comédie culinaire qui dissèque en riant les étranges coulisses du pouvoir.

Heureux mortels TCM CINÉMA 10H25 [2*]

De David Lean (1944). Avec Robert Newton, Celia Johnson.

Dans ce premier film réalisé seul, et pour la première fois en Technicolor, Lean adapte une pièce du célèbre dramaturge Noël Coward contant la vie d’une famille anglaise sur la période d’entre-deux-guerres. Alternant les scènes intimistes dans la maison des Gibbons avec des scènes bouleversantes de foule, le cinéaste affirme déjà l’immense talent qui fera de lui le réalisateur de Lawrence d’Arabie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité