Les meilleurs films du 12 mars 2014

Chaque, un spécialiste "cinéma" de Moustique sélectionne quatre films diffusés ce jour. Critiques, bandes-annonces et étoiles pour chacun des films. Ce mercredi, à l'affiche:

  • Rosa Luxemburg
  • Du plomb dans la tête
  • Coeur d'encre
  • Hanté par ses ex

1055622

Rosa Luxemburg [2*]

Arte 20h55

De Margarethe von Trotta (1986). Avec Barbara Sukowa, Daniel Olbrychski.

Ce biopic retrace assez fidèlement le parcours aussi riche que tourmenté d'une célèbre militante révolutionnaire communiste au début du 20esiècle. Replaçant les choses dans leur contexte de l'époque, le film s'attache à démontrer à quel point le destin d'une femme pouvait être semé d'embûches lorsqu'elle voulait être l'égale du sexe dit fort. Si la réalisation s'avère parfois trop classique, l'interprétation de Barbara Sukowa est, elle, remarquable.

Hanté par ses ex [2*]

AB3 21h45

De Mark Waters (2009). Avec Matthew McConaughey, Jennifer Garner.

Pas question d'entendre parler de mariage pour le séducteur invétéré incarné – ô surprise – par Matthew McConaughey, abonné à l'époque à ce genre de rôle. Mais une remise en question – joliment filmée par Waters – passant par là, voilà que le cynique de service ravise son jugement, sous la houlette d'un Michael Douglas tordant. Pour mener à une conclusion certes convenue, mais qui n'entame pas le capital sympathie de cette comédie.  

Cœur d'encre [1*]

France 4 20h45

De Iain Softley (2008). Avec Brendan Fraser, Sienna Guillory.

Le sujet laissait augurer une histoire épique pleine de magie et de personnages fantastiques, mais le rêve contenu dans le bouquin dont est tiré le présent long métrage ne se retrouve pas suffisamment transposé à l’écran. Dommage, en effet, qu'il faille attendre les vingt dernières minutes pour qu’enfin les personnages se retrouvent transportés dans l’univers du livre et vivent donc les rebondissements fantastiques espérés.

Du plomb dans la tête [1*]

Be1 20h55

De Walter Hill (2012). Avec Sylvester Stallone, Sung Kang.

Dans le genre buddy movie, associer un tueur à gages avec un flic intègre semble une idée originale sur le papier, surtout quand c'est Walter Hill qui s'y colle derrière la caméra. De fait, il y a un petit côté 48 heures dans sa réalisation, ce qui s'avère un avantage autant qu'un inconvénient. Car malgré le côté vintage et un Stallone plutôt en forme, on ne peut s'empêcher de trouver le ton assez désuet ou à tout le moins furieusement réchauffé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité