Les meilleurs films du 12 février 2014

Chaque jour, retrouvez le meilleur des films diffusés avec les bandes-annonces et la cote de chacun de ceux-ci. Aujourd'hui:

  • Tanguy
  • Le Cabinet du Docteur Caligari
  • Confessions d'un homme dangereux
  • Une chanson pour ma mère

1036256

Le cabinet du docteur Caligari [3*]

Arte 23h35

De Robert Wiene (1920). Avec Werner Krauss, Conrad Veidt.

Ce muet quasi centenaire constitue une œuvre-clé du cinéma. D'abord parce qu'il représente un chef-d’œuvre de l'art expressionniste qui influencera plus tard bien des films d'épouvante hollywoodiens. Mais aussi parce qu'il incarne tout le désarroi de cette Allemagne de l'immédiat après-guerre 14-18 et annonce le péril nazi à venir. Le tout enveloppé d'une atmosphère trouble et oppressante que la restauration soignée du film permet d'apprécier pleinement ce soir.

Tanguy [2*]

France 4 20h45

D’Etienne Chatiliez (2011). Avec Eric Berger, André Dussollier.

En panne d’inspiration depuis quelque temps – son récent Oncle Charles était navrant -, Chatiliez livrait avec Tanguy une de ses bonnes comédies légèrement hystériques dont il avait le secret, à l’humour tendre et vachard. Le récit aborde avec un sens de l’observation réjouissant un sujet bien dans l’air du temps, dans lequel bien des parents se reconnaîtront grâce à l’épatant duo Azéma-Dussollier.

Confessions d'un homme dangereux [2*]

Arte 20h50

De George Clooney (2002). Avec Sam Rockwell, Drew Barrymore.

Acteur confirmé et vénéré, le beau George a voulu se retrouver également derrière la caméra. Vœu exaucé avec ce premier long métrage prometteur en forme de satire du monde du spectacle dans lequel les caméos et les clins d'œil – dont un à sa propre tante, la chanteuse et comédienne Rosemary Clooney! – abondent. Pour autant, Clooney en fait un peu trop dans l'exercice de style, au détriment du fond, mais le sujet reste toutefois assez porteur.

Une chanson pour ma mère [1*]

Be1 20h55

De Joël Franka (2012). Avec Patrick Timsit, Dave.

En tant que monteur pour l'émission Rendez-vous en terre inconnue, Joël Franka s'aventurait donc sur un terrain un peu connu en se lançant dans la réalisation. Avec un pitch et des personnages plutôt sympas, Une chanson pour ma mère avait donc tout pour séduire, avec ses airs de gentille comédie à la belge. Mais de nombreuses maladresses rendent l'ensemble assez bancal, même si Dave apporte une bonne dose d'autodérision pour éviter que cette partition ne sonne trop faux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité