Les meilleurs films de ce vendredi 4 novembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Man On The Moon avec Jim Carrey et Danny De Vito
  • Presque célèbre de Cameron Crowe
  • Rimbaud Verlaine (Totale éclipse), avec Leonardo DiCaprio
  • Pardonnez-moi, le premier film de Maïwenn

135903

TCM 20h40: Man On The Moon (3 étoiles)

De Milos Forman (1999). Avec Jim Carrey, Danny DeVito.

Si Andy Kaufman était un acteur à l’immense popularité aux USA, sa renommée en Europe était bien moindre. Il était pourtant une des vedettes de la désopilante sitcom Taxi, dont une bonne partie du casting – Danny DeVito y compris – rempile le temps de l’hommage que Milos Forman consacre au comédien tourmenté. D’où l’intérêt de se documenter un peu afin de pouvoir apprécier pleinement le tour de force de Jim Carrey, époustouflant et honteusement oublié des Oscars cette année-là.

Club RTL 22h10: Presque célèbre (3 étoiles)

De Cameron Crowe (2000). Avec Billy Crudup, Frances McDormand.

Ce n’est rien de moins que son autobiographie que le réalisateur nous livre ici. Parcours étonnant que celui de ce mordu de musique dont les articles pour le prestigieux magazine Rolling Stone témoignent d’une époque haute en couleur pour ses excès et son excentricité. Avec des dialogues drôles et impertinents, ainsi qu’un montage plein d’adresse, Presque célèbre est davantage que presque une réussite.

Plug RTL 20h00: Rimbaud Verlaine (Totale éclipse) (2 étoiles)

D’Agnieszka Holland (1996). Avec Leonardo DiCaprio, David Thewlis.

Dans la filmo – brillante – de DiCaprio, ce Rimbaud Verlaine de ses débuts fait aujourd’hui office de curiosité. Jamais effrayé par les rôles difficiles, l’acteur incarne ici l’écrivain tourmenté Arthur Rimbaud entraîné dans une passion destructrice avec Paul Verlaine. Pour autant, la réalisation n’est pas toujours à la hauteur, la reconstitution historique n’étant pas des plus soignée.

Arte 3h20: Pardonnez-moi (2 étoiles)

De Maïwenn (2005). Avec Maïwenn, Pascal Greggory.

Son premier long métrage, à la limite de l’autobiographie, révèle la jeunesse perturbée de Maïwenn. Celle qui épousa Luc Besson à 16 ans traque, caméra au poing, les douleurs de son enfance pour mieux les exorciser à l’écran. Dur et dérangeant, Pardonnez-moi, au-delà des faiblesses d’une première œuvre, témoigne d’une puissance émotionnelle que la jeune femme s’attachera à insuffler aux personnages de ses films suivants, le tout récent Polisse inclus.

Sur le même sujet
Plus d'actualité