Les meilleurs films de ce vendredi 28 octobre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Tamara Drewe, de Stephen Frears: On adore!
  • L’homme aux deux cerveaux avec Steve Martin et Kathleen Turner
  • Sans Rancune!, avec Thierry Lhermitte
  • Salsa, de Joyce Sherman Buñuel

98819

Be 1 20h50: Tamara Drewe (3 étoiles)

De Stephen Frears (2010). Avec Gemma Arterton, Dominic Cooper.

Les lecteurs du Guardian ayant plébiscité en masse la BD Tamara Drewe de l’illustratrice Posy Simmonds, notre héroïne est devenue la protagoniste d’un roman, puis d’un film. Stephen Frears aux commandes, on a droit à une vision aigre-douce des faiblesses et des passions humaines et à une galerie de portraits savoureux. Well done, Stephen!

La Deux 20h00: L’homme aux deux cerveaux (3 étoiles)

De Carl Reiner (1983). Avec Steve Martin, Kathleen Turner.

Après avoir parodié de manière époustouflante le film noir dans Les cadavres ne portent pas de costards,CarlReiner s’attaque au film d’horreur avec son cortège de savants fous, ses expériences scientifiques tordues et ses monstres croquignolets. Steve Martin, qui a également mis la main à la pâte scénaristique, tient une pêche d’enfer dans le rôle du professeur Hfurhuhurr.

La une 20h50: Sans rancune! (2 étoiles)

D’Yves Hanchar (2009). Avec Thierry Lhermitte, Milan Mauger.

Dans les années 50, un orphelin de guerre intègre un pensionnat aux méthodes pédagogiques originales. Désireux de devenir écrivain, il se met à soupçonner que son charismatique prof de français n’est autre que son père, un aviateur disparu au combat. Fantasme ou réalité? Hanchar, l’auteur de La partie d’échecs et d’En vacances, maintient le suspense jusqu’au bout au prix de quelques loopings pas toujours bien négociés. Mais l’émotion est présente, la réflexion sur la filiation-transmission généreuse et le casting, Lhermitte en tête, impeccable.

Club RTL 22h10: Salsa (1 étoile)

De Joyce Sherman Buñuel (1999). Avec Christianne Gout, Vincent Lecœur.

Même si Jean-Claude Carrière est crédité comme coscénariste, le script de cette comédie romantique nunuche, où un jeune pianiste fou de salsa tente de se faire passer pour un musicien cubain, ne casse pas trois pattes à un canard malgré sa manière sympathique de prôner le mélange des cultures. Visiblement, l’intrigue riquiqui et ses grosses ficelles ne sont là que pour mettre en valeur une bande originale à donner des fourmis dans les jambes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité