Les meilleurs films de ce vendredi 16 septembre

Robots, King Kong, Bus Palladium, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce vendredi en télé.

60924

Club RTL 20h30: Robots (3 étoiles)

Film d’animation de Chris Wedge (2005).

En retraçant le parcours d’un jeune robot plein d’imagination, le réalisateur de L’Age de glace nous régale avec un bijou de film d’animation où la vitesse démentielle des gags n’empêche pas de grosses bouffées d’émotion. Et comme les références cinéphiliques se bousculent au portillon, les adultes sont autant à la fête que les gosses. Au passage, le film fustige les adeptes de la mise à la casse des vieux robots aux boulons endoloris. Merci pour eux!

<embed height= »344″ width= »425″ allowscriptaccess= »always » allowfullscreen= »true » flashvars= »config=http://www.cinemovies.fr/player/export-ba-5563.xml » src= »http://www.cinemovies.fr/player/export/CineMovies2.swf »></embed>

TCM 23h05: King Kong (4 étoiles)

De M.C. Cooper et E.B. Schoedsack (1933). Avec Fay Wray, Robert Armstrong.

Ce must du fantastique, qui conjugue aventure, onirisme et érotisme, est à l’origine d’un des grands mythes du cinéma. Les spectateurs de l’incontournable festival Anima ont pu découvrir il y a quelques années les scènes qui furent censurées lors de la ressortie du film en 1938. Le code Hays, qui produisit tous ses effets à Hollywood dès 1934, ne voyait en effet pas d’un très bon œil cette variation "osée" sur le thème de La Belle et la Bête. Magnifié par la poésie des effets spéciaux créés par Willis O’Brien, plus proche de Méliès que de l’hyperréalisme des images de synthèse, King Kong se termine génialement au sommet de l’Empire State Building qui venait d’être inauguré deux ans plus tôt (pour le remake de 1976, où Kong convoite la belle Jessica Lange, Guillermin choisit l’ex-World Trade Center new-yorkais achevé en 1973).

Be 1 20h50: Bus Palladium (2 étoiles)

De Christopher Thompson (2010). Avec Arthur Dupont, Marc-André Grondin.

Le fils de Danièle Thompson, qui met souvent la main à la pâte scénaristique de sa maman (Le code a changé), passe à la réalisation avec un film de groupe aigre-doux qui dégage une belle énergie. Si le groupe de rock au cœur du récit n’était pas français, on jurerait avoir affaire à un film ricain, façon That Thing You Do ou Almost Famous. Le tout porté par un solide casting jeune, avec notamment Arthur Dupont en chanteur suicidaire à la Jim Morrison.

Sur le même sujet
Plus d'actualité