Les meilleurs films de ce vendredi 13 mai

Vendredi 13, Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, L’amour… et après, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce vendredi en télé.

29984

TCM 0h35: Vendredi 13 (2 étoiles)

D’Arthur Lubin (1940). Avec Boris Karloff, Bela Lugosi.

On pouvait difficilement trouver un meilleur jour pour diffuser cet ingénieux polar fantastique. Lubin y orchestre un duel de haut vol entre deux pointures: Lugosi (Dracula) et Karloff (la créature de Frankenstein). Le pitch?Un savant transplante à un digne professeur le cerveau d’un criminel qu’il envoie ad patres et ce qui devait arriver arrive… Le plus incroyable est de voir Lubin nous montrer sans transition tantôt le gangster, tantôt l’homme de lettres, selon que l’une ou l’autre personnalité domine chez l’infortuné cobaye.

Be 1 20h50: Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec (2 étoiles)

De Luc Besson (2010). Avec Louise Bourgoin, Mathieu Amalric.

Besson relie astucieusement les différents fils d’une intrigue touffue et nous donne, via son héroïne teigneuse, un équivalent féminin et plus moderne d’Indiana Jones (ce qui était le dernier souci de Tardi, l’auteur de la BD). Le seul hic: malgré une débauche de trouvailles, le film reste raide comme un piquet avec son humour de frotte-manche et sa Bourgoin amidonnée.

AB4: L’amour… et après (2 étoiles)

D’Alan Rudolph (1997). Avec Nick Nolte, Julie Christie.

Rudolph continue de faire équipe avec Robert Altman qui a produit plusieurs de ses films pour nous embarquer dans un chassé-croisé amoureux entre deux couples. Même s’il s’égare parfois dans d’inutiles digressions, il traduit bien l’insatisfaction de ses personnages, notamment celui joué par Julie Christie: une ex-actrice de série B qui passe son temps à regarder ses vieux films sur vidéo.

La Deux 20h00: Father’s Day (1 étoile)

D’Ivan Reitman (1997). Avec Robin Williams, Billy Crystal.

Son fils de 16 ans ayant fugué, une femme convoque ses deux ex-amants en prétendant à chacun qu’il est le vrai père de l’ado. Bref, elle les motive à partir à sa recherche. Mais il en faut plus pour accrocher le spectateur à son fauteuil car ce remake des Compères de Francis Veber manque singulièrement de tonus. Et ce n’est pas la faute à Crystal.

A voir également

Consultez les programmes télé du jour

Sur le même sujet
Plus d'actualité