Les meilleurs films de ce samedi 6 août

Le massacre de Fort Apache, La bataille d'Angleterre, Sale môme... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce samedi en télé.

49650

TCM 22h10: LE MASSACRE DE FORT APACHE (3 ÉTOILES)

De John Ford (1948). Avec John Wayne, Henry Fonda.
Echaudé par l’échec de Dieu est mort, Ford revient à son sujet de prédilection, l’Ouest de la Frontière, et entame une trilogie sur la cavalerie US avec "ces soldats aux visages rudes, ces professionnels payés cinquante cents par jour. Ils se battent pour une partie de cartes et un peu de whisky frelaté, mais ils partagent, s’il le faut, la dernière goutte de leur gourde". Malgré son ton patriotique, ce premier volet dénonce sans ambages les égarements d’un militaire mégalomane inspiré par Custer, rend justice aux Indiens (bien avant La flèche brisée de Delmer Daves) et montre avec humour la vie quotidienne d’une garnison.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »349″ src= »http://www.youtube.com/embed/iOtxpL9PH10″ width= »425″></iframe>

AB3 20h30: LA BATAILLE D'ANGLETERRE (1 ÉTOILE)

De Guy Hamilton (1969). Avec Laurence Olivier, Robert Shaw.
Ce film-mémorial évoque le rôle historiquement déterminant joué par l’aviation britannique après la défaite de Dunkerque. Alors que dans les années 40, David Lean et Noel Coward avaient tourné à chaud des films de guerre réalistes qui restent des modèles du genre, Hamilton donne dans la superproduction emphatique et accumule les scènes attendues. Reste une distribution prestigieuse mais qui a pour effet paradoxal de nous distraire de l’action.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »349″ src= »http://www.youtube.com/embed/atkbSqBU98Q » width= »425″></iframe>


RTL-TVI 20h50: SALE MOME (1 ÉTOILE)

De John Turtletaub (2000). Avec Bruce Willis, Spencer Breslin.
Conseiller en com appelé au chevet de personnalités ayant besoin d’améliorer leur image, Russ est devenu un carriériste endurci. L’apparition d’un gamin qu’il prend pour une hallucination mais qui est en fait son alter ego venu du passé pour lui redonner le sens des vraies valeurs va tout faire basculer. Après le Nicolas Cage de Family Man, c’est au tour de Willis de s’offrir un bain de jouvence. Malheureusement, on sent trop derrière ces bonnes intentions le calcul d’apothicaire des studios Disney: Bruce + un gosse + un climat fantastique = la formule gagnante du Sixième sens. Mais cette sucrerie n’atteint pas la cheville du film de Shyamalan.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »349″ src= »http://www.youtube.com/embed/QqolWUgxz7E » width= »425″></iframe>

Sur le même sujet
Plus d'actualité