Les meilleurs films de ce samedi 3 septembre

Un spécialiste (procès Eichmann), Forrest Gump, Mange, prie, aime, Bandidas... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce samedi en télé.

59881

La Trois 21h05: Un spécialiste (procès Eichmann) (3 étoiles)

Documentaire de Rony Brauman et Eyal Sivan (1998).

Capturé à Buenos Aires par les services secrets israéliens, Eichmann, l’ancien bureaucrate responsable de la déportation de plusieurs millions de personnes vers les camps de la mort, comparaît devant ses juges pour crimes contre l’humanité. L’homme, qui a tout du fonctionnaire zélé et anodin, cite avec précision les détails techniques de sa mission tout en insistant sur le fait qu’il s’est contenté d’exécuter les ordres. À l’inverse du procureur général qui s’acharne à diaboliser l’accusé, les auteurs s’inspirent d’une analyse de Hannah Arendt sur la "banalité du mal" et sur le conformisme qui empêche un individu de dire non à un pouvoir inique. D’où le choix de séquences qui refusent le pathos ou l’exploitation de l’horreur pour approfondir la notion de "crime administratif". Implacable!

AB3 20h30: Forrest Gump (2 étoiles)

De Robert Zemeckis (1994). Avec Tom Hanks, Robin Wright.

Au-delà de la manière contestable avec laquelle Zemeckis revisite des moments clés de la vie politico-culturelle américaine, Forrest Gump a fait date pour son utilisation novatrice des images de synthèse, un an après Jurassic Park. Elles confèrent un rendu hyperréaliste à des actions impossibles ou multiplient par cent le nombre de figurants. Elles permettent aussi de corriger des plans ou de falsifier des images d’archives. On voit même Gump serrer la pince à Kennedy!

Be 1 20h50: Mange, prie, aime (1 étoile)

De Ryan Murphy (2010). Avec Julia Roberts, Javier Bardem.

Deux heures vingt minutes de quête spirituelle de Julia Roberts dans une Italie, une Inde et une Indonésie pour touristes, tel est le menu de ce film qui adapte lourdement le best-seller d’Elizabeth Gilbert. Le plus dommage est de voir Ryan Murphy se montrer incapable de nous communiquer la vie intérieure de son héroïne. Quant à Javier Bardem, excellent comme toujours, il n’apparaît que dans la dernière partie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité