Les meilleurs films de ce samedi 16 juillet

Et pour quelques dollars de plus, Le choc des titans, Les sous-doués passent le bac... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce samedi en télé.

39570

AB3 20h30: ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS (3 ÉTOILES)

De Sergio Leone (1965). Avec Clint Eastwood, Lee Van Cleef.
Copiant la trame du Yojimbo de Kurosawa, Sergio Leone réalise en 1964 Pour une poignée de dollars, son premier western spaghetti dont tout le monde, à l’époque, prédit l’échec. Grave erreur! Le film connaît un succès phénoménal et apporte la gloire à un acteur inconnu (sauf des fans de la série télé Rawhide): Clint Eastwood, décrit comme "un nouveau Gary Cooper". L’année suivante, Leone récidive avec Clint et jette quelques billets verts de plus en pâture à des pistoleros peu recommandables. Le carnage peut débuter, filmé avec un sens graphique incontestable, beaucoup de second degré et un rythme trépidant. On pointera la prestation allumée de Klaus Kinski en bossu ravagé de tics.

 

Be 1 20h45: LE CHOC DES TITANS (1 ÉTOILE)

De Louis Leterrier (2010). Avec Sam Worthington, Liam Neeson, Ralph Fiennes.
En 1980, la légende de Persée inspire à Desmond Davis un croustillant péplum mythologico-fantastique. Non seulement le film bénéficie des effets spéciaux du grand Ray Harryhausen qui donne toute sa mesure dans deux séquences d’anthologie (le combat avec la Méduse et celui contre des scorpions géants), mais les dieux de l’Olympe sont incarnés avec humour par des invités de prestige comme Laurence Olivier ou Ursula Aphrodite Andress. Si l’ère numérique apporte au vague remake de Leterrier son flot de scènes-chocs traitées sur un mode hyperréaliste et tonitruant, le sérieux papal de l’ensemble et l’interprétation amidonnée des acteurs frôlent le ridicule.

 

RTL-TVI 20h45: LES SOUS-DOUÉS PASSENT LE BAC (1 ÉTOILE)

De Claude Zidi (1980). Avec Maria Pacôme, Daniel Auteuil.
Des cancres sont remis au pas par la directrice d’une boîte à bac qui a fait venir spécialement pour eux une machine à apprendre capable de leur asséner une bonne claque en cas de mauvaise réponse. Parfaitement inoffensive, cette comédie délassante nous donne l’occasion de revoir un Daniel Auteuil débutant et jouant à 30 ans les éternels recalés. Dans le rôle de la fille délurée de la directrice, on reconnaît également Tonie Marshall, la future réalisatrice de Vénus Beauté Institut.

Sur le même sujet
Plus d'actualité