Les meilleurs films de ce samedi 16 avril

Sherlock Holmes, Hellboy, Le mystère de la chambre jaune, De l'or pour les braves, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce samedi en télé.

28152

Be 1 20h45 : Sherlock Holmes (***)

De Guy Ritchie (2010). Avec Robert Downey Jr., Jude Law.

Holmes et Watson doivent démêler l’écheveau d’une terrible menace qui pèse sur Londres. On ne s’imaginait pas Guy Ritchie, ex-mari de Madonna et champion de l’image épileptique, du côté d’un tel monument de la littérature. Et encore moins que ce soit une réussite!
Sherlock Holmes mention prod.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »269″ src= »http://www.youtube.com/embed/F_XUgXZkyAE » title= »YouTube video player » width= »425″></iframe>


AB3 20h30 : Hellboy (**)

De Guillermo del Toro (2004). Avec Ron Perlman, Selma Blair.

Créature rouge et cornue sortie des enfers par des nazis adeptes de magie noire, Hellboy a été récupéré par le gouvernement américain pour combattre les forces du Mal. Adaptant la BD de Mignola, Guillermo del Toro gagne l’improbable adhésion du public avec un super-héros laid, bourru et mélancolique. L’aventure est palpitante et bourrée d’humour décalé. Ron Perlman se lime les cornes avec délice et les effets spéciaux conservent ce côté artisanal qui fait la griffe du cinéaste.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »269″ src= »http://www.youtube.com/embed/Ob9J3kCELXE » title= »YouTube video player » width= »425″></iframe>


La Trois 21h00 : Le mystère de la chambre jaune (**)

De Bruno Podalydès (2003). Avec Denis Podalydès, Claude Rich.

Mystère et boule de gomme au château du professeur Stangerson! Sa fille a été retrouvée à moitié morte dans une chambre jaune fermée de l’intérieur. Bruno Podalydès adapte le célèbre roman de Gaston Leroux en lui donnant un savoureux cachet de BD. Les acteurs en font des tonnes et distillent le rire franc avec leur gestuelle boulevardière. Du bon, du grand cinéma policier drolatique et décalé, dont le véritable et passionnant mystère est Rouletabille lui-même.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »269″ src= »http://www.youtube.com/embed/WlZny4lYqCE » title= »YouTube video player » width= »425″></iframe>


La Une 16h05 : De l’or pour les braves (**)

De Brian G. Hutton (1970). Avec Clint Eastwood, Telly Savalas.

A l’heure où les Friedkin, Coppola et Penn redessinent le paysage cinématographique américain en ruant dans les brancards du conformisme, Hutton apporte aussi sa pierre à l’édifice du Nouvel Hollywood. Moins revendicateur ou politisé que ses pairs, il égratigne gentiment les conventions dans ce film mêlant adroitement, et non sans humour, le film de guerre et le film de gangsters. Le rythme est trépidant et les acteurs au diapason, comme un hallucinant Sutherland en chauffeur de char déjanté.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »269″ src= »http://www.youtube.com/embed/f1PyNkrDNyY » title= »YouTube video player » width= »425″></iframe>

Sur le même sujet
Plus d'actualité