Les meilleurs films de ce mercredi 28 septembre

Coeurs, Le parfum: histoire d’un meurtrier, Le Mexicain,... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce mercredi en télé.

61896

La Deux 20h05: Cœurs (3 étoiles)

D'Alain Resnais (2006). Avec Sabine Azéma, André Dussollier.

Six personnages en quête d’amour se heurtent sans parvenir vraiment à briser leur solitude. L’ambiance est pourtant loin d’être morose dans cette adaptation raffinée d’une pièce d’Alan Ayckbourn, un dramaturge anglais qui avait déjà inspiré à Resnais le diptyque Smoking/No Smoking. Avec soixante ans de carrière derrière lui, le plus anglophile des cinéastes français réaffirme son éternelle jeunesse en sondant avec subtilité les battements de cœur de ses comédiens fétiches ou ceux de nouvelles recrues comme Isabelle Carré et Laura Morante.

AB3 21h40: Le Mexicain (2 étoiles)

De Gore Verbinski (2001). Avec Brad Pitt, Julia Roberts.

Après son rôle de battante dans Erin Brockovich, Roberts nous revient dans une savoureuse comédie d’action qui slalome entre le film de gangsters et le western spaghetti. Ce drôle de cocktail, à ne pas prendre trop au sérieux, contient son lot de surprises. Le couple chien-chat formé par la star et Brad Pitt se désagrège au bout de quelques minutes, forçant Verbinski à rivaliser d’astuce pour suivre deux pistes parallèles. Le temps de rassembler tout le monde pour l’apothéose finale et Le Mexicain, coproduit par Lawrence Bender de la bande à Tarantino,aura parfaitement rempli son programme: corser un maximum le récit sans sacrifier les personnages.

La Trois 22h00: Le parfum: histoire d’un meurtrier (1 étoile)

De Tom Tykwer (2006). Avec Ben Whishaw, Alan Rickman.

Scorsese, Forman, Kubrick…: les plus grands réalisateurs ont rêvé d’adapter le roman de Patrick Süskind sur l’incroyable destin de Jean-Baptiste Grenouille. Et ils ont tous renoncé. Sauf Tom Tykwer, qui s’attelle à la tâche difficile de traduire en images l’obsession olfactive qui pousse le jeune héros à devenir un serial killer. Le pari est-il gagné? Pas sûr, car après une première partie plutôt engageante, le film vire au pensum et se termine sur une note grotesque.

Sur le même sujet
Plus d'actualité