Les meilleurs films de ce mardi 6 septembre

De sang-froid, Election 1, Les ailes du désir, Aeon Flux... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce mardi en télé.

59901

TCM 20h40: De sang-froid (3 étoiles)

De Richard Brooks (1967). Avec Robert Blake, Scott Wilson.

Deux intenses biopics, Capote et Infamous, ont retracé la période où l’écrivain accoucha dans la douleur d'In Cold Blood, son vaste roman-reportage sur le meurtre d’une famille de fermiers du Kansas. Richard Brooks, quant à lui, s’en tient à l’œuvre originale dont il traduit implacablement le climat sinistre. Soucieux de réalisme, il refusa d’engager des vedettes (le studio voulait Newman et McQueen!) ettourna sur les lieux mêmes du crime.

La Trois 21h05: Election 1 (2 étoiles)

De Johnny To (2005). Avec Simon Yam, Tony Leung.

Cette saga mafieuse en deux parties, qui prend pour cadre l’élection chahutée du nouveau président des triades hongkongaises, n’a rien à envier à ses homologues américains, Le Parrain ou Les Affranchis. On peut juste regretter de perdre parfois pied vu la multitude de personnages et le caractère touffu du récit.

France 2 0h40: Les ailes du désir (2 étoiles)

De Wim Wenders (1987). Avec Bruno Ganz, Solveig Dommartin.

Exilé volontaire pendant dix ans, Wenders retourne en Allemagne filmer, dans le Berlin d’avant la chute du mur, un conte de fées moderne. Au milieu des humains qui s’affairent et communiquent de moins en moins, deux anges invisibles (sauf pour le spectateur) questionnent l’identité allemande. Inégale, avec ses dialogues poético-métaphysiques qui plombent le récit, cette fable magnifiée par le noir et blanc subtil d’Henri Alekan s’avère néanmoins un régal pour les yeux.

La Deux 20h25: Aeon Flux (1 étoile)

De Karyn Kusama (2005). Avec Charlize Theron, Frances McDormand.

Film d’action post-apocalyptique abordant quelques questions majeures du troisième millénaire, comme le clonage ou le crédit parfois démesuré que nous accordons aux solutions scientifiques, Aeon Flux se veut très sérieux. Et pourtant, Karyn Kusamasemble plus intéressée par le lookde ses personnages que par leurs conflits intérieurs. Evidemment, les tenues sexy de Charlize Theron sont avantageuses. Mais comment croire que ce défilé de mode cache une tueuse tourmentée?

Sur le même sujet
Plus d'actualité