Les meilleurs films de ce mardi 13 septembre

Le reptile, Troie , Judex, Piège de feu... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce mardi en télé.

61768

La Trois 21h05: Le reptile (3 étoiles)

De Joseph L. Mankiewicz (1970). Avec Kirk Douglas, Henry Fonda.

Mankiewicz, le spécialiste du drame intimiste vénéneux, faisant grand usage des dialogues, des flashes-back et des scénarios labyrinthiques, crée la surprise en abordant en fin de carrière le western. Le reptile se solda d’ailleurs par un échec public, et c’est dommage, car cette saga d’un escroc de l’Ouest se révèle réjouissante et riche en surprises.

La deux 20h05: Troie (2 étoiles)

De Wolfgang Petersen (2004). Avec Brad Pitt, Orlando Bloom.

Du muscle et encore du muscle! Pour un peu, on oublierait la belle Hélène. D’ailleurs Petersen souligne bien, derrière l’histoire d’amour de Pâris et de l’épouse adultère, l’arrière-plan politique de la fameuse guerre de Troie. Ici, les héros ont des motivations qui ne les rendent pas spécialement sympathiques (Achille va au carnage pour conquérir la gloire) mais leur donnent une carrure bigger than life.

TV5 14h00: Judex (2 étoiles)

De Georges Franju (1963). Avec Channing Pollock, Edith Scob.

Le cofondateur, avec Henri Langlois, de la Cinémathèque française se rappelle de son émoi lorsqu’il découvrit, enfant, le Judex de Feuillade. D’où le recours sporadique, dans ce "remake", à des intertitres et à des fermetures à l’iris comme à l’époque du cinéma muet. Malgré la fadeur de Pollock qui incarne le justicier, le film dégage un charme indéniable et est pimenté de touches surréalistes. On a notamment droit à une réception au château où tous les invités portent d’étranges et inquiétants masques d’oiseau.

RTL-TVI 22h00: Piège de feu (1 étoile)

De Jay Russell (2005). Avec Joaquin Phoenix, John Travolta.

De Life of an American Fireman tourné en 1903 à La tour infernale en passant par Roxanne où le Cyrano de Rostand se retrouvait transformé en pompier, le cinéma américain a toujours rendu hommage aux "soldats du feu". Le phénomène s’est encore accentué depuis le 11 septembre 2001. Malheureusement, l’héroïsme de cette corporation n’inspire à Jay Russell qu’un drame conventionnel avec alternance d’incendies et de passages romantiques.

Sur le même sujet
Plus d'actualité