Les meilleurs films de ce lundi 25 juillet

Toto le héros, La machine à explorer le temps, Jarhead... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce lundi en télé.

41922

 

Arte 20h40: TOTO LE HÉROS (4 ÉTOILES)

De Jaco Van Dormael (1990). Avec Michel Bouquet, Mireille Perrier.
Toto le héros ou l’audace (cinématographique) au pouvoir. Imaginez: passionner le spectateur pendant 1 heure 30 avec la vengeance froide d’un vieux bougon, obligé de s’inventer un roman familial abracadabrant pour justifier sa médiocrité. Cette tâche impossible, Jaco l’assume joyeusement, au fil d’un récit toujours surprenant, et il parvient même à nous rendre son personnage étonnamment proche.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »349″ src= »http://www.youtube.com/embed/l4q8jmeCVP0″ width= »425″></iframe>

 

La Une 21h45: LA MACHINE A EXPLORER LE TEMPS (3 ÉTOILES)

De George Pal (1960). Avec Rod Taylor, Alan Young.
Ce must du cinéma de science-fiction s’avère délicieusement rétro avec ses couleurs saturées et sa poésie indéniable. En adaptant le roman d’anticipation de H.G. Wells, George Pal est plus proche des fantasmagories de Méliès que de l’univers souvent aseptisé des images de synthèse. Ron Howard a rendu un hommage au film dans Rançon: l’inquiétant Gary Sinise y donne une interprétation très personnelle de l’épisode futuriste des Morlocks et des Elois.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »349″ src= »http://www.youtube.com/embed/9dN2ugnsyMg » width= »425″></iframe>

 

RTL-TVI 21h15: JARHEAD – LA FIN DE L'INNOCENCE (3 ÉTOILES)

De Sam Mendes (2006). Avec Jake Gyllenhaal, Scott McDonald.
Basé sur le livre-témoignage d’un sniper, Jarhead prend le contre-pied de l’image aseptisée que la télé a donnée de la guerre du Golfe pour aborder le conflit à hauteur de soldat: l’attente interminable, les marines embourbés dans un décor d’apocalypse, les "tirs fratricides"… Que le film ait été produit par un studio hollywoodien prouve la capacité des Américains à utiliser sporadiquement le cinéma comme outil de réflexion critique sur leur histoire récente.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »349″ src= »http://www.youtube.com/embed/q032nvfVneo » width= »425″></iframe>

 

TV5 21h00: LIBERTÉ-OLÉRON (2 ÉTOILES)

De Bruno Podalydès (2001). Avec Denis Podalydès, Guilaine Londez.
"Mon père, cet antihéros" pourrait être le sous-titre de cette comédie où l’on retrouve l’humour atypique et grinçant des Podalydès. Puisant dans leurs souvenirs de vacances à Oléron, nos frangins les transforment en portrait-charge d’une famille de Français moyens. En champion de la mauvaise foi, Denis s’affirme comme un nouveau Jack Lemmon, capable de hausser les humiliations du quotidien jusqu’au niveau de la tragicomédie.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »349″ src= »http://www.youtube.com/embed/I7_vKdqFAJA » width= »425″></iframe>

Sur le même sujet
Plus d'actualité