Les meilleurs films de ce jeudi 1er septembre

New York 1997, Fritz The Cat, Australia, Olé! ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce jeudi en télé.

59034

TCM 22h25: New York 1997 (2 étoiles)

De John Carpenter (1980). Avec Kurt Russell, Lee Van Cleef.

Snake Plissken affronte la jungle new-yorkaise pour délivrer le président des États-Unis, un fantoche peu recommandable. Notre héros borgne est loin de s’être porté volontaire: les autorités lui ont implanté dans le cerveau un explosif qui se déclenche dans les 24 heures en cas d’échec. Comme à son habitude, John Carpenter dynamite l’Amérique bien-pensante en menant tambour battant ce film d’action futuriste truffé d’humour noir et qui ouvre, avec le poilant SOS Fantômes, le cycle New York sur TCM.

Arte 0h05: Fritz the Cat(2 étoiles)

Dessin animé de Ralph Bakshi (1972).

Même s’il fut renié par Robert Crumb, auteur de la BD originale, Fritz the Cat imposa un ton nouveau dans l’histoire du dessin animé. Résolument pas destiné au jeune public, ce brûlot qui capte l’esprit d’une contre-culture déjà en déclin adresse un grand pied de nez au politiquement et sexuellement correct. Un bémol quand même pour les trous d’air du scénario.

RTL-TVI 20h25: Australia (2 étoiles)

De Baz Luhrmann (2008). Avec Nicole Kidman, Hugh Jackman.

De Ballroom Dancing à Moulin Rouge, Baz Luhrmann s’est imposé comme un réalisateur capable d’allier émotion, virtuosité technique et kitsch. Mais le dosage d’Australia bat de l’aile: humoristique au début puis exagérément romanesque, cet Autant en emporte le vent dans l’Outbackaccumule les situations prévisibles. Bon, d’accord, l’écrin est joli et le film dénonce le traitement inique infligé à l’époque aux Aborigènes.

France 3 20h35: Olé! (2 étoiles)

De Florence Quentin (2005). Avec Gad Elmaleh, Gérard Depardieu.

"J’ai voulu montrer la curieuse osmose se produisant entre un grand patron et son employé chauffeur", déclare Florence Quentin qui permet à Gad et Gégé de jouer à égalité. Comédie déstabilisante, Olé! semble s’orienter vers la satire socialeavant de bifurquer vers une histoire d’amitié incongrue. Au final, chacun reste libre de juger nos deux compères comme des hédonistes ou d’insupportables snobs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité