Les meilleurs films de ce jeudi 19 mai

Trois enterrements, Arlington Road, Amour sauvage, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce jeudi en télé.

31886

France 3 20h35: Trois enterrements (2 étoiles)

De Tommy Lee Jones (2004). Avec Tommy Lee Jones, Barry Pepper.

Un contremaître va obliger un meurtrier à emmener le corps de sa victime afin de l’enterrer dans sa terre natale. Tommy Lee Jones nous entraîne dans les paysages magnifiques d’une région à cheval sur deux cultures, et son récit hautement onirique à la linéarité éclatée aborde des thèmes universels tels que l’honneur, la fidélité et l’immigration. Dommage que l’acteur-réalisateur n’ait pas pu éviter quelques longueurs ni un manichéisme parfois agaçant.

RTL-TVI 22h10: Arlington Road (2 étoiles)

De Mark Pellington (1999). Avec Jeff Bridges, Tim Robbins.

Il n’a pas fallu attendre le 11 septembre 2001 pour avoir droit à quelques bons thrillers paranoïaques. La preuve en est fournie avec Arlington Road dont le sujet peut sembler visionnaire à plus d’un titre. D’un suspense relativement classique, l’intrigue bascule dans la seconde partie vers une noirceur beaucoup plus profonde, jusqu’au dénouement pour le moins surprenant. La confrontation Jeff Bridges-Tim Robbins ne manque pas de faire des étincelles.

Club RTL 22h50: Amour sauvage (2 étoiles)

De Philip Dunne (1961). Avec Elvis Presley, Hope Lange.

La carrière d’Elvis Presley au cinéma se résuma souvent à une longue succession de nanars servant d’alibi à promouvoir ses chansons. De fait, si le titre original du film – Wild in the Country – est à nouveau basé sur une mélodie d’Elvis, un scénario plus consistant accompagne cette fois la star, dont le jeu s’en retrouve rehaussé dans le rôle d’une jeune rebelle de l’Amérique profonde.

RTL-TVI 20h25: Jumper (1 étoile)

De Doug Liman (2008). Avec Hayden Christensen, Jamie Bell.

Si l’idée de départ (la téléportation) est un sujet de science-fiction intéressant – les fans de Star Trek en savent quelque chose – encore faut-il développer un scénario qui tienne suffisamment bien la distance. Mais, hormis les sauts instantanés d’un point à l’autre du globe et certains effets visuels bien fignolés, l’histoire est d’une grande naïveté. Hayden Christensen, sans son costume de jeune Dark Vador, ne fait guère rebondir le récit.

A voir également

Consultez les programmes télé du jour

Sur le même sujet
Plus d'actualité