Les meilleurs films de ce jeudi 15 septembre

X-Men origins: Wolverine, La fille de Monaco , L’heure d’été, Phénomènes paranormaux... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce jeudi en télé.

60922

RTL-TVI 20h25: X-Men origins: Wolverine (2 étoiles)

De Gavin Hood (2009). Avec Hugh Jackman, Liv Schreiber.

Quand un héros d’une série basée sur un groupe (ici les X-Men) se démarque par rapport à ses congénères et la joue en solo, on appelle ça une spin-off. Wolverine ouvre donc une voie nouvelle pour la franchise, en plus d’être une prequel revenant deux siècles en arrière par rapport à la saga originale. Centré sur la lutte de notre mutant aux griffes d’adamantium contre son frère maléfique, ce volet costaud en profite pour revisiter les grands conflits des XIXe et XXe siècles.

France 3: La fille de Monaco (2 étoiles)

D’Anne Fontaine (2008). Avec Fabrice Luchini, Louise Bourgoin.

Un avocat parisien se fait chambouler les sens par une vamp du Sud sur laquelle tous les doutes sont permis: est-elle une vraie cagole ou une arriviste sans scrupules? Boosté par un casting audacieux, confrontant le très cérébral Luchini à la délirante ex-miss météo du Grand Journal, ce drôle de drame parvient à court-circuiter toutes nos attentes pour imposer sa petite musique, originale et déstabilisante.

France 3 22h55: L’heure d’été (2 étoiles)

D’Olivier Assayas (2008). Avec Charles Berling, Juliette Binoche.

Après un polar qui se voulait sulfureux mais s’avérait à l’arrivée plutôt frelaté (Boarding Gate), Assayas revient à une veine intimiste nettement plus emballante. En montrant les hésitations d’une famille pour garder l’héritage de l’aïeule – une somptueuse propriété campagnarde regorgeant de trésors artistiques -, le cinéaste parle sur un ton feutré de la transmission difficile entre les générations.

Be 1 20h50: Phénomènes paranormaux (2 étoiles)

D’Olatunde Osunsanmi (2010). Avec Milla Jovovich, Elias Koteas.

The Fourth Kind, dit le titre original en faisant référence aux rencontres du quatrième type, soit celles, plus corsées que chez Spielberg, où les E.T. enlèvent les humains après leur être apparus. C’est Jovovich qui s’y colle, et c’est plutôt une bonne surprise car, au-delà de son brouillage des pistes entre fiction et réalité, le film entretient un suspense assez efficace.

Sur le même sujet
Plus d'actualité