Les meilleurs films de ce dimanche 4 décembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • La bûche, de Danièle Thompson avec Claude Rich et Charlotte Gainsbourg
  • Mother and Child, de Rodrigo Garcia avec Naomi Watts
  • Le diable s’habille en Prada, avec Meryl Streep
  • Quantum Of Solace, avec Daniel Craig

142651

France 4 20h35: La bûche (3 étoiles)

De Danièle Thompson (1999). Avec Claude Rich, Charlotte Gainsbourg.
Pour sa première réalisation, Danièle Thompson n’a pas raté sa bûche, en dressant un savoureux portrait de famille dont chaque personnage apporte sa tranche de vie et son lot de situations douces-amères. Sur la difficulté de se parler et de se comprendre, ce film choral alterne, avec un bel équilibre, rire et émotion contenue, avec le concours d’un casting de premier choix au sein duquel Charlotte Gainsbourg est étincelante.

Be1 20h50: Mother and Child (3 étoiles)

De Rodrigo Garcia (2010). Avec Annette Bening, Naomi Watts.

Pas étonnant qu'Alejandro González Iñárritu (Babel, 21 grammes) soit le producteur exécutif de Mother and Child, un récit dans lequel s’entrecroisent plusieurs histoires, chacune d’entre elles dressant le portrait poignant de trois femmes marquées au fer rouge par leurs drames respectifs. Ce mélodrame universel se veut une réflexion sobre et sans concessions sur la maternité, l’abandon et l’adoption dont il est difficile de sortir indemne.

TF1 20h50: Le diable s’habille en Prada (2 étoiles)

De David Frankel (2006). Avec Meryl Streep, Anne Hathaway.

Anna Wintour – légendaire rédac’chef du Vogue américain – aura peut-être digéré de travers en voyant cette adaptation du roman de son ex-assistante Lauren Weisberger. C’est que l’héroïne lui ressemble furieusement, et cette satire de l’insupportable fatuité du monde de la mode permet à Meryl Streep de s’en donner à cœur joie. Dommage que le scénario ne soit pas aussi grinçant qu’espéré, la mise en scène s’en ressent.

France 2 20h45: Quantum of Solace (1 étoile)

De Marc Forster (2008). Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko.

La tendance déconcertante du nouveau style bondesque, amorcée dans Casino Royale, se confirme, les producteurs s’ingéniant à gommer la marque de fabrique qui a rendu 007 populaire à l’écran. Mais où sont passés les bons (bond?) mots de James, devenu bien pudibond avec les dames? Dans quel service ont été mutés Q et Miss Moneypenny? Sérieux comme un pape, Daniel Craig en Bond, c’est un peu comme John Steed sans chapeau melon ou Steve Austin sans œil bionique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité