Les meilleurs films de ce dimanche 24 avril

L’étrange histoire de Benjamin Button, A History of Violence, Le quatrième protocole, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce dimanche en télé.

28293

Be Ciné 20h45: L’étrange histoire de Benjamin Button (4 étoiles)

De David Fincher (2008). Avec Brad Pitt, Cate Blanchett.

Benjamin Button naît à 80 ans et vit sa vie à l’envers sans pouvoir arrêter le cours du temps. Fincher délaisse le cinéma-choc pour conter une merveilleuse histoire de cinéma. Un beau rêve d’enfant où coexistent les techniques les plus modernes du 7e art avec le charme désuet de ses premières heures, au service d’une sublime histoire d’amour impossible. Du grand art!

La Deux 22h45: A History of Violence (3 étoiles)

De David Cronenberg (2004). Avec Viggo Mortensen, Maria Bello, Ed Harris.

Une petite ville américaine sans problème. Un soir, Tom, citoyen au-dessus de tout soupçon, tue deux gangsters en légitime défense. Et sa vie de famille bascule. Comme celle de la banlieue. Car qui est Tom? Est-il vraiment celui qu’il prétend être? Cronenberg rappelle violemment, mais non sans humour, que l’homme civilisé a beau essayer de contenir sa sauvagerie originelle: elle attend toujours son heure. Une fable noire et grotesque qui fait voler en éclats nos certitudes tranquilles.

AB4 20h35: Le quatrième protocole (2 étoiles)

De John Mackenzie (1987). Avec Michael Caine, Pierce Brosnan.

Scénarisé par Frédéric Forsythe d’après un de ses romans, Le quatrième protocole déplie tout ce qu’est en droit d’attendre un fan de films d’espionnage: un espion qui vient du froid, des tensions Est-Ouest sur fond de danger atomique, quelques temps forts éprouvants… Pas original, mais suffisamment prenant et bien joué pour rester calé dans son fauteuil.

France 4 20h35: Hook ou la revanche du capitaine Crochet (2 étoiles)

De Steven Spielberg (1991). Avec Robin Williams, Dustin Hoffman.

Peter Pan a la quarantaine ventripotente. Accroché à son portable comme à sa vie, il a carrément oublié qui il était! L’idée est géniale, comme la performance d’Hoffman, en délicieux Crochet croquemitaine, hanté par son incapacité chronique à redevenir enfant… et à vivre sans son ennemi juré, Peter! Spielberg règle son conte comme du papier à musique et distille une réflexion émouvante sur la famille. Seule ombre au tableau, l’aspect visuel du film: son Pays Imaginaire est d’une laideur fracassante.

Sur le même sujet
Plus d'actualité