Les meilleurs films de ce dimanche 21 août

Mon nom est Personne, Le trou normand, 2012, Bruce tout-puissant... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce dimanche en télé.

58076

France 4 20h35: Mon nom est Personne (3 étoiles)

De Tonino Valerii (1973). Avec Terence Hill, Henry Fonda.

Alors que le western, moribond, commence à mordre la poussière, Valerii lance cette ode drôle et émouvante à l’Amérique mythique des cow-boys, en guise de clin d’œil appuyé au maître Sergio Leone. Ce dernier se chargeant d’ailleurs du scénario et de la production. Terence Hill, multipliant les calembours, donne une tournure parodique au film, indiquant clairement que l’époque n’est plus aux grands héros tragiques.

Club RTL 20h00: Le trou normand (2 étoiles)

De Jean Boyer (1952). Avec Bourvil, Brigitte Bardot.

"Polytechnique? Où qu’c’est-y, c’patelin-là?", se demande un Bourvil truculent en benêt qui se révélera plus malin qu’il n’y paraît. L’inoubliable comédien donne la réplique à une jeune actrice – une certaine Brigitte Bardot – dont c’est la première apparition à l’écran. Un duo étonnant et la fine fleur des seconds rôles de l’époque pour une charmante comédie qui fleure bon la France d’autrefois.

Be Ciné 20h45: 2012 (2 étoiles)

De Roland Emmerich (2009). Avec John Cusack, Danny Glover.

Grand spécialiste du film catastrophe, Emmerich anéantit une nouvelle fois la planète dans un spectacle populaire par excellence. 2012 commence néanmoins à sentir le réchauffé pour un cinéaste qui repasse les mêmes plats à chaque nouveau long métrage. Et si l’ensemble reste visuellement très efficace grâce à des effets spéciaux spectaculaires, l’empathie pour les personnages et les situations n’est plus tout à fait ce qu’elle devrait être.

TF1 20h45: Bruce tout-puissant (2 étoiles)

De Tom Shadyac (2003). Avec Jim Carrey, Jennifer Aniston.

Ainsi donc, Dieu existe, et il ressemble même très fort à Morgan Freeman! Jim Carrey, dont le talent comique impayable fait toujours mouche, va dès lors écouter la voix du Seigneur en tentant de trouver la sienne, de voie. Car sous l’aspect léger du scénario se cache une réflexion intéressante sur les pauvres pécheurs que nous sommes et sur le fait que nous restons, en fin de compte, les artisans de notre propre succès.

Sur le même sujet
Plus d'actualité