Les meilleurs films de ce 8 novembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Walkyrie, avec Tom Cruise
  • Les autres, avec Nicole Kidman
  • Mr. Nobody, de Jaco Van Dormael
  • Blindés, avec Matt Dillon

652481

France 3 20h50: Walkyrie [3*]

De Bryan Singer (2008). Avec Tom Cruise, Terence Stamp.

La résistance allemande face au régime nazi est longtemps restée méconnue du côté des vainqueurs. Walkyrie répare en partie cet oubli en reconstituant avec minutie un épisode de guerre qui aurait pu changer radicalement la face du conflit. Le héros, dont on sait forcément que la quête sera vaine, est superbement interprété par un Tom Cruise dont, ironie de l’histoire, les enfants du vrai colonel von Stauffenberg ne voulaient pas à cause de son appartenance à l’église de scientologie.

Arte 20h50: Les autres [3*]

D’Alejandro Amenábar (2001). Avec Nicole Kidman, Alakina Mann.

Avec ses deux premiers films, Tesis et Abre los ojos, Amenábar ne pouvait que se faire remarquer par Hollywood. Et entre autres par Tom Cruise qui, alors encore époux de Nicole Kidman, contribua à financer Les autres. Un bel hommage au gothique victorien, truffé de références, et sans effets spéciaux tonitruants. Sachant ménager le suspense jusqu’au bout, la mise en scène fascine tout autant qu’elle surprend.

RTL-TVI 22h10: Mr. Nobody [3*]

De Jaco Van Dormael (2009). Avec Diane Kruger, Jared Leto.

Près de quinze ans de gestation auront été nécessaires à Van Dormael pour accoucher d’une œuvre pour le moins singulière qui regroupe, en les amplifiant, des thèmes déjà présents dans Toto le héros. Partant d’un choix cornélien – un gamin doit choisir entre son père et sa mère -, le récit s’oriente vers une multitude de vies possibles pour nous plonger dans un tourbillon d’images à l’esthétisme fascinant.

RTL-TVI 20h25: Blindés [2*]

De Nimrod Antal (2009). Avec Matt Dillon, Columbus Short.

Des employés d’une compagnie de transport de fonds projettent de braquer leurs propres fourgons. Un thème banal qui fournirait matière à un quelconque téléfilm, mais qui est ici habilement développé, en étant situé dans le contexte de l’après-krach boursier de 2008 et de l’engagement américain en Irak. Un quasi-huis clos certes très classique lorsqu’il exploite les ficelles du genre, mais qu’on se surprend à suivre avec intérêt jusqu’au bout.

Sur le même sujet
Plus d'actualité