Les meilleurs films de ce 8 mars

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Persepolis, de Marjane Satrapi
  • La momie, avec Brendan Fraser
  • Le maître d’école, avec Coluche
  • Les infidèles, avec Jean Dujardin

804661

Club RTL 22h10: Persepolis [4*]

De Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud (2007). Avec les voix de Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve.

Basé sur la BD de Marjane Satrapi, Persepolis est un petit bijou d’animation en noir et blanc, tout en sobriété malgré les dures réalités qu’il décrit. C’est un récit de multiples passages (celui d’un régime autoritaire à une dictature théocratique, mais aussi celui de l’enfance à l’adolescence, de l’innocence qui s’envole), saupoudré d’un humour bienvenu.

AB3 20h05: La momie [2*]

De Stephen Sommers (1999). Avec Brendan Fraser, Rachel Weisz.

La momie de 1999 n’a plus grand-chose à voir avec le sérieux de la version de 1932: Stephen Sommers lorgne bien davantage ici vers Indiana Jones en truffant son film d’aventures trépidantes et de situations cocasses, le tout mâtiné d’une solide dose de fantastique et d’effets spéciaux convaincants. S’ajoute à cela un voyage dans le temps au cœur de la 19e dynastie à Thèbes, l’occasion de plonger dans le mythe toujours fascinant des pharaons. 

La Une 20h50:Le maître d’école [2*]

De Claude Berri (1981). Avec Coluche, Josiane Balasko.

Si la vision de l’enseignement que donne Claude Berri peut paraître fameusement édulcorée, le choix de Coluche en maître d’école au grand cœur apporte une belle touche de fraîcheur au film. Par le biais de répliques savoureuses, plusieurs thèmes de société sont abordés dans cette chronique pleine de tendresse, ponctuée par la musique délirante de Gotainer et son Sampa qui fut un des tubes de l’époque.

Be 1 20h55: Les infidèles [2*]

De Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Michel Hazanavicius… (2012). Avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche.

Le défaut principal des films à sketchs réside dans leur aspect inégal. Et de fait, cette réalisation chorale alterne les séquences inspirées et d’autres moins à la hauteur. Mais cet aspect complètement foutraque assumé par les nombreux réalisateurs – et le buzz provoqué par les affiches très provoc – débouche sur une réflexion souvent pertinente, drôle et cruelle sur la libido masculine et les conséquences de l’infidélité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité