Les meilleurs films de ce 8 février

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • L’ami de mon amie, d'Eric Rohmer
  • Un de trop, avec Matthew Perry
  • La mémoire dans la peau, avec Matt Damon
  • L’homme-orchestre, avec Louis de Funès

778129

Arte 13h50: L’ami de mon amie [3*]

D’Eric Rohmer (1987). Avec Sophie Renoir, Emmanuelle Chaulet.

Dans ce sixième et dernier film de sa série "Comédies et proverbes", Rohmer articule un chassé-croisé amoureux charmant comme on jouerait un jeu de patience. Sous sa caméra éprise de symétrie, les pièces du puzzle s’assemblent avec grâce, portées par des comédiens au diapason.

La deux 20h00: Un de trop [2*]

De Damon Santostefano (2000). Avec Matthew Perry, Neve Campbell.

Matthew Perry (Friends) s’amuse comme un fou à brouiller les cartes dans cette comédie de genre remplie de quiproquos. D’un sujet casse-gueule (un timide maladif avec les femmes est pris pour un gay), Santostefano tire une comédie plaisante qui n’en fait jamais trop.

Ab3 20h05: La mémoire dans la peau [2*]

De Doug Liman (2002). Avec Matt Damon, Franka Potente.

Doug Liman rajeunit singulièrement l’espion amnésique Jason Bourne en remplaçant Richard Chamberlain par l’excellent Matt Damon. Mais Ludlum, l’auteur du roman éponyme, n’a pas trop de soucis à se faire: l’acteur, un brin trop poupon pour le rôle, devient une machine à tuer très crédible dès lors qu’il se met en action. En parfaite harmonie avec la mise en scène nerveuse de Liman, il en impose au côté de la frêle et craquante Franka Potente. De l’action pur jus qui n’aura de cesse de s’améliorer au fil des épisodes suivants de la saga Bourne.

La une 22h40:  L’homme-orchestre [2*]

De Serge Korber (1970). Avec Louis de Funès, Noëlle Adam.

Cet ovni dans la carrière de de Funès fait aujourd’hui très "vintage". En effet, si Korber, auteur de la Nouvelle Vague, ne voulait au départ pas tourner avec Fufu qu’il considérait comme un champion du cinéma populaire, il dut vite se rendre à l’évidence: le génie du comédien a su se marier sans effort à cette comédie pop colorée et pleine de temps forts, comme la danse japonaise bourrée de trouvailles visuelles improvisées par l’acteur. Une comédie musicale originale, certes déconcertante, dont le véritable homme-orchestre est François de Roubaix, auteur d’une BO fantaisiste et entraînante.

Sur le même sujet
Plus d'actualité