Les meilleurs films de ce 7 mars

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • L’enfer du jeu, avec Kim Basinger
  • L’aile ou la cuisse, avec Coluche et Louis De Funès
  • Torpédo, avec François Damiens
  • Calvaire, avec Jackie Berroyer

804591

RTL-TVI 20h20:L’enfer du jeu [2*]

De Mark Rydell (2006). Avec Kim Basinger, Forest Whitaker.

Sorti directement en vidéo malgré son casting trois étoiles, ce film met en parallèle les destins croisés de plusieurs accros du jeu qui, sans se connaître, se retrouvent liés par leurs pratiques de flambeurs. Avec les conséquences particulièrement inconfortables qui vont découler de leur addiction. Si le scénario tend à devenir répétitif au fur et à mesure que l’intrigue se développe, le jeu d’acteurs, lui, est tout sauf un enfer. 

France 3 20h45: L’aile ou la cuisse [2*]

De Claude Zidi (1976). Avec Louis de Funès, Coluche.

"On m’avait prévenu qu’avec lui, on ne me verrait que de dos. Eh bien, pas du tout! J’ai beaucoup appris avec de Funès." Coluche et Fufu, un duo improbable qui vécut pourtant en osmose pendant tout le tournage, dans cette ode comique prémonitoire contre la malbouffe. Si de Funès, affaibli par un infarctus récent, n’a plus la même énergie dévastatrice qu’auparavant, le menu demeure appétissant, grâce aux deux comédiens si différents et pourtant complémentaires.

Be 1 21h45: Torpédo [2*]

De Matthieu Donck (2012). Avec François Damiens, Christian Charmetant.

François Damiens fait mouche à nouveau dans la peau d’un énergumène au grand cœur, persuadé d’avoir gagné un repas avec son idole Eddy Merckx. Ponctué de quelques répliques tordantes ("C’est votre gamin au moins? Parce qu’un Belge moustachu qui conduit une camionnette, moi j’me méfie!"), ce road movie et premier film de Matthieu Donck laisse entrevoir un potentiel très prometteur malgré une dernière partie moins emballante.

La Trois 22h50: Calvaire [2*]

De Fabrice du Welz (2004). Avec Laurent Lucas, Jackie Berroyer.

Le titre du premier film de Fabrice du Welz porte très bien son nom, tant l’intrigue se veut une plongée progressive vers l’horreur la plus totale. S’il n’est donc pas à mettre devant tous les yeux, Calvaire n’en demeure pas moins un exercice de genre réussi et remarquablement interprété, qui parvient à dépasser le côté purement gore et trash pour livrer en parallèle une réflexion sur la férocité régressive de l’être humain.

Sur le même sujet
Plus d'actualité