Les meilleurs films de ce 6 février

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Johnny Mad Dog, de Jean-Stéphane Sauvaire
  • Illégal, avec Anne Coesens
  • 7 ans de séduction, avec Ashton Kutcher
  • La maladie du sommeil, d'Ulrich Köhler

778057

La Deux 22h55: Johnny Mad Dog [3*]

De Jean-Stéphane Sauvaire (2008). Avec Christopher Minie, Daisy Victoria Vandy.

Un film coup de poing, d’une dureté terrible. D’autant qu’il met en scène des "faits d’armes" rejoué par d’authentiques enfants-soldats du Libéria. Baladant sa caméra à l’épaule, Sauvaire se fait le témoin par la fiction des cruelles exactions commises par ces gosses. Meurtres, viols…, rien n’arrête ces mômes au regard halluciné dans un pays grevé par la famine et la guerre. Un choc social et cinématographique qui ne laisse pas indemne.

 

La Trois 21h05: Illégal [3*]

D’Olivier Masset-Depasse (2010). Avec Anne Coesens, Esse Lawson.

Masset-Depasse trouve en la formidable Anne Coesens l’interprète idéale pour cette histoire d’émigrée clandestine en lutte pour retrouver son fils. Un film clinique, sans concession, montrant, à la lisière du documentaire, le chemin de croix des sans-papiers à travers une bureaucratie insensible. Traité comme un thriller social bouleversant, le film prend aux tripes et questionne sur un douloureux sujet d’actualité.

Ab3 20h05: 7 ans de séduction [2*]

De Nigel Cole (2005). Avec Ashton Kutcher, Amanda Peet.

Après une rencontre inattendue dans les toilettes d’un avion, Oliver et Emily se perdent de vue. Puis se retrouvent, et se perdent encore. Si elle n’atteint pas le niveau de Quand Harry rencontre Sally, cette comédie romantique a au moins deux atouts pour séduire: un jeune couple archi-charismatique auquel on croit d’emblée, et un scénario qui s’écarte du mieux qu’il peut des clichés du genre.

Arte 20h50: La maladie du sommeil [2*]

D’Ulrich Köhler (2011). Avec Pierre Bokma, Jean-Christophe Folly.

Ebbo dirige un programme contre la maladie du sommeil au Cameroun mais son épouse se sent de moins en moins à l’aise à Yaoundé. D’autant que leur fille, retournée en Allemagne, lui manque. À travers le portrait d’un médecin humanitaire déraciné et autodestructeur, Köhler sonde sans ambages le malaise profond de la présence européenne en Afrique. Un film qui, à l’heure du démembrement du Mali par le terrorisme islamiste, pose de brûlantes questions.

Sur le même sujet
Plus d'actualité