Les meilleurs films de ce 5 septembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Aguirre, la colère de Dieu, de Werner Herzog
  • La guerre est déclarée, de et avec Valérie Donzelli
  • Incident au loch Ness, avec Werner Herzog
  • Peur bleue, avec Samuel L. Jackson

495273

Arte 20h50: Aguirre, la colère de Dieu [4*]

De Werner Herzog (1972). Avec Klaus Kinski, Helena Rojo.

Aguirre… marque le début de la collaboration électrique entre Herzog et Kinski, acteur de théâtre réputé dont la carrière, au cinéma, se limitait jusque-là à jouer les méchants dans des nanars… et quelques perles comme Le Grand Silence. Ce film austère et fascinant s’appuie sur une expédition espagnole au Pérou en 1650 pour brosser le portrait d’un conquistador mégalomane. Avec, en apothéose, un majestueux travelling circulaire enfermant Aguirre dans son rêve dérisoire.

Be 1 20h55: La guerre est déclarée [3*]

De et avec Valérie Donzelli (2011). Avec Jérémie Elkaïm.

La maladie d’un enfant (en l’occurrence une tumeur au cerveau) est le sujet casse-gueule par excellence. Surtout que Donzelli et Elkaïm, alors en couple, ont vécu cette épreuve pour de vrai avec leur fils, aujourd’hui guéri. D’où le petit miracle de cette Guerre… qui évite tout pathos et déborde même de vitalité. D’ailleurs, à la Semaine de la critique, en 2011, la projection s’est terminée par une standing ovation méritée.

Arte 23h50: Incident au loch Ness [2*]

De et avec Zach Penn (2004). Avec Werner Herzog.

Coscénarisé et interprété par Herzog, ce "documenteur" déboulonne joyeusement quelques idées préconçues sur l’austère Werner. On n’est pas loin du savoureux Forgotten Silver, où Peter Jackson partait sur les traces d’un prétendu pionnier du cinéma néo-zélandais, avec cette balade écossaise délirante où il est notamment question du célèbre monstre du loch Ness.

La deux 20h05:Peur bleue [1*]

De Renny Harlin (1999). Avec Saffron Burrows, Samuel L. Jackson.

Harlin met les bouchées triples pour filmer la dévastation d’un laboratoire sous-marin par des requins génétiquement modifiés, donc bien plus dangereux que Jaws. Malgré certaines scènes corsées (le cuistot réfugié dans un four pour échapper au requin tueur… qui actionne la minuterie), Harlin tombe vite dans le grotesque. Le détail qui tue: la première victime est un fumeur dont le bras coupable est sectionné aussi sec.

Sur le même sujet
Plus d'actualité