Les meilleurs films de ce 5 avril

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Cry-Baby, avec Johnny Depp
  • Chérie, j’ai rétréci les gosses, de Joe Johnston
  • Les Razmoket, le film, d'Igor Kovalyov
  • La nuit des généraux, avec Peter O'Toole

821231

Plug RTL 20h40: Cry-Baby [3*]

De John Waters (1990). Avec Johnny Depp, Amy Locane.

Apôtre du mauvais goût assumé et du cinéma trash, John Waters met de l’eau dans son vin aux commandes de cette bluette fifties, dominée par un tout jeune Johnny Depp. Filmant la classique opposition "mauvaises graines" et "coincés", le cinéaste n’abandonne pas pour autant la fantaisie, mélangeant allègrement la parodie et l’éloge sincère du rockabilly libertaire. Assumant ses inspirations dans La fureur de vivre (avec sa course de voitures) et le cuir de Grease, Cry-Baby se goûte comme une madeleine ultra-rafraîchissante.

Club RTL 20h30: Chérie, j’ai rétréci les gosses [2*]

De Joe Johnston (1989). Avec Rick Moranis, Marcia Strassman.

Les enfants d’un inventeur farfelu enclenchent son laser à miniaturiser les objets et hop!, les voilà réduits à la taille de fourmis… Loin de l’angoisse métaphysique du classique de S.F. L’homme qui rétrécit, les petits héros vivent une aventure palpitante où tout (abeille, flaque d’eau) peut devenir danger. Un Disney distrayant auquel un savoir-faire artisanal confère un joli charme de série B. 

Club RTL 22h15: Les Razmoket, le film [2*]

D’Igor Kovalyov, Norton Virgien (1998). Avec les voix d’Alexis Tomassian, Natacha Gerritsen.

Les Razmoket réussissent avec distinction leur passage du petit écran au cinéma. Les blagues potaches fusent, les bébés se lancent des vannes d’adultes et ont toujours l’aspect un peu grossier d’un Reiser soft. Comme dirait le Sam de l’émission ‘Y a que la vérité qui compte: "L’aventure est au bout du couloir". Et avec les Razmoket, elle se vit à hauteur de mômes et pleine de rires.
The Rugrats Movie mention doc.

TCM 15h30: La nuit des généraux [2*]

D’Anatole Litvak (1967). Avec Peter O’Toole, Omar Sharif.

Varsovie, 1942. Un officier allemand enquête sur le crime crapuleux d’une prostituée. Malgré ses entorses à l’histoire, ce récit policier bénéficie de l’assurance du vieux routier Litvak, qui reconstitue par ailleurs l’époque avec une précision d’orfèvre. Pris dans l’étau de cette passionnante intrigue à tiroirs, on ne boude pas son plaisir devant des acteurs dirigés à la perfection.

Sur le même sujet
Plus d'actualité