Les meilleurs films de ce 4 juillet

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Babel, avec Brad Pitt
  • Taxi Driver, avec Robert De Niro et Jodie Foster
  • À nos amours, de Maurice Pialat
  • Bonobos, d'Alain Tixier

426823

RTL-TVI 21h55: Babel [4*]

D’Alejandro Gonzales Iñárritu (2006). Avec Brad Pitt, Cate Blanchett.

Spécialistes du film choral aux récits entrecroisés, Iñárritu et son scénariste Arriega relient quatre histoires situées au Maroc, aux Etats-Unis, au Mexique et au Japon. Le tout présenté dans un savant désordre chronologique permettant d’entretenir un maximum de suspense mais aussi de faire apparaître une série de connexions d’où émergera finalement une figure d’ensemble. Un travail d’orfèvre!

Club RTL 22h35: Taxi Driver [4*]

De Martin Scorsese (1975). Avec Robert De Niro, Jodie Foster.

En 76, Scorsese connaît la consécration avec Taxi Driver. Pourtant, deux ans avant, personne ne voulait du scénario de Schrader. Finalement produit par la Columbia, le film suscite la controverse. À propos de son taximan-justicier, Scorsese affirme pourtant avec fermeté: "Travis est un faux saint". Mise en scène virtuose, dernière partition de Herrmann, jeu magistral de Bob: Taxi Driver s’est imposé depuis comme un chef-d’œuvre… toujours aussi perturbant.

Arte 20h50: À nos amours [3*]

De Maurice Pialat (1983). Avec Sandrine Bonnaire, Dominique Besnehard.

Cette poignante chronique réaliste des amours foireuses d’une adolescente en plein marasme familial et affectif était un projet que Pialat postposait depuis le milieu des années 70, notamment parce qu’il ne trouvait pas l’actrice adéquate. Il la découvrira par hasard alors qu’elle accompagnait ses sœurs au casting. Le reste est connu: le film lança la carrière de Bonnaire, éblouissante de naturel et d’intensité.

Be Ciné 20h45: Bonobos [1*]

D’Alain Tixier (2011). Avec Claudine André.

Ex-réalisateur d’Ushuaïa,Tixier donne dans le docu-fiction en contant l’histoire d’un bébé singe qui trouve refuge dans une réserve ouverte par Claudine André au Congo (elle joue son propre rôle mais, pour le commentaire, cède sa voix à Bonnaire). Malgré les mimiques craquantes des bonobos, l’ensemble s’avère exagérément anthropomorphique. Mais le réalisateur a une excuse puisque ces derniers partagent 98,7 % de leurs gènes avec nous.

Sur le même sujet
Plus d'actualité