Les meilleurs films de ce 4 février

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Voyage au bout de l’enfer, avec Robert De Niro
  • Inside Man, l’homme de l’intérieur, avec Denzel Washington
  • Les liaisons dangereuses , avec Glenn Close
  • Vengeance, de Johnnie To

775177

Tcm 20h40: Voyage au bout de l’enfer [4*]

De Michael Cimino (1978). Avec Robert De Niro, Christopher Walken.

Sans doute le plus grand film jamais tourné sur le Vietnam, Voyage au bout de l’enfer est un triptyque étourdissant, un uppercut, un choc. Bousculé, violenté, pris à la gorge par des émotions d’une saisissante vérité, on se retrouve K-O dans son fauteuil, déchiré entre la sensation d’avoir assisté à un pur chef-d’œuvre et la douleur ressentie au triste spectacle de la lente et tragique déshumanisation d’ouvriers partis à la guerre. Inoubliable.

Ab3 20h05:Inside Man, l’homme de l’intérieur [3*]

De Spike Lee (2006). Avec Denzel Washington, Clive Owen.

Spike Lee ne fait pas que s’insurger contre le cinéma de Tarantino qu’il juge dégradant à l’encontre des anciens esclaves noirs, il réalise aussi des films. Inspiré du formidable Un après-midi de chien de Lumet, ce récit de prise d’otages à Wall Street se regarde comme la métaphore d’une Amérique post-11 septembre dérivant dans la paranoïa. Un long-métrage engagé, doublé d’une passionnante intrigue.

Arte 20h50: Les liaisons dangereuses [3*]

De Stephen Frears (1988). Avec Glenn Close, John Malkovich.

Magistrale scène d’ouverture: un montage alterné montre Valmont et la Marquise de Merteuil en train de se vêtir, comme s’ils se préparaient à un duel sans merci… Et c’est bien de cela qu’il s’agira: sous la caméra virtuose de Frears, l’amour, considéré comme un sport de combat où tous les coups sont permis, entraîne un chassé-croisé d’êtres manipulés à leur insu. Personne n’en sortira indemne. Éblouissant!

Arte 22h45: Vengeance [2*]

De Johnnie To (2009). Avec Johnny Hallyday, Sylvie Testud.

Johnny Hallyday erre à Hong Kong, fantomatique, à la recherche de ceux qui ont tué sa fille. Dans une mise en scène virtuose, criblée d’accès soudains de violence, Johnnie To trace son parcours sanglant face à des triades peu amènes. Avare en paroles, le regard vide et le doigt sur la gâchette, l’ex-idole des jeunes traverse ce monde de gangsters en apesanteur, presque tranquillement. Et prouve que bien dirigé, il peut être un acteur d’une puissance émotionnelle rare.

Sur le même sujet
Plus d'actualité