Les meilleurs films de ce 4 août

Notre sélection de films pour ce 4 août:

  • Shaft (trailer)
  • Qui m'aime me suive
  • Journal intime
  • Sur un arbre perché (trailer)

914687

ARTE 20H45: Shaft [3*]

De Gordon Parks (1971). Avec Richard Roundtree, Moses Gunn.

L'inoubliable musique originale de Isaac Hayes donne le ton dès le générique: un nouveau courant – la blaxploitation – est en train de voir le jour au cinéma, en offrant les premiers rôles à des acteurs afro-américains. Enorme succès, Shaft (aussi connu sous le titre Les nuits rouges de Harlem) se laisse apprécier aujourd’hui comme un excellent reflet de la société de l’époque, mode vestimentaire y compris, en réunissant tous les ingrédients d’un bon polar.

FRANCE 3 0H15: Journal intime  [3*]

De Valerio Zurlini (1962). Avec Marcello Mastroianni, Jacques Perrin.

Si le nom de Valerio Zurlini reste peu connu, il n'en a pas moins réalisé quelques très belles œuvres, à l'instar de ce Journal intime, qui aborde la relation compliquée entre deux frères longtemps séparés. La mort de l'un d'eux est l'occasion, via un long flash-back, de se remémorer de nombreux souvenirs. Ce qui pourrait laisser la porte ouverte à une longue succession de scènes larmoyantes constitue au contraire un drame plein d'authenticité à l'interprétation remarquable.

LA UNE 14H50: Qui m'aime me suive  [2*]

De Benoît Cohen (2006). Avec Mathieu Demy, Romane Bohringer.

Un médecin ayant embrassé la profession pour plaire à son père laisse tout tomber pour se lancer dans sa passion, la musique. Eternel problème que celui de poser les bons choix afin de ne pas gâcher sa vie, traité ici par Benoît Cohen. Sans apporter grand-chose de neuf au débat, le scénario dresse un portrait chaleureux qui prolonge celui de Nos enfants chéris, du même cinéaste. Un joli cocktail d'humour, d'émotion et de réflexion.

FRANCE 4 20H45 : Sur un arbre perché [2*]

De Serge Korber (1970). Avec Louis de Funès, Geraldine Chaplin.

L'association entre Serge Korber et Louis de Funès se limita à deux films, tournés d'ailleurs la même année. Après L'homme orchestre, Fufu retrouve donc le réalisateur pour une comédie tout aussi atypique que la précitée, ce qui explique son succès public très relatif. L'idée est pourtant originale: enfermer le héros dans un huis clos en plein air, bloqué sur un arbre au bord d'un ravin. Une comédie inhabituelle pour de Funès,mais qui ne manque pas d'attrait.`

Sur le même sujet
Plus d'actualité