Les meilleurs films de ce 31 décembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Adaptation, avec Meryl Streep
  • La mort aux trousses, d'Alfred Hitchcock
  • Sexy Beast, avec Ben Kingsley
  • Moulin Rouge, de John Huston

723505

Plug RTL 22h40: Adaptation [4*]

De Spike Jonze (2002). Avec Nicolas Cage, Meryl Streep.

Déjà responsable du délirant Being John Malkovich, Jonze nous invite à nous glisser dans la peau d’un scénariste hollywoodien en pleine crise d’inspiration, qui sue pour adapter un roman où il est question d’orchidées, d’évolution, de doubles, de passion et de mensonge. Touffu, surréaliste, mélancolique ou déjanté, ce drame inclassable intrigue, secoue et fascine à doses égales.     

France 3 13h40: La mort aux trousses [4*]

D’Alfred Hitchcock (1959). Avec Cary Grant, Eva Marie Saint.

Hitchcock avait l’habitude de construire ses scénarios autour de morceaux de bravoure qui constituaient sa principale motivation à tourner ses thrillers. Dans La mort…, il s’est surpassé au point de les enfiler les uns à la suite des autres sans laisser de répit au spectateur. Le meurtre à l’ONU, le traquenard sur une route de campagne, la poursuite sur le mont Rushmore: autant de séquences inoubliables. Tout comme le plan final (un train pénétrant dans un tunnel), le plus érotique jamais tourné par Sir Alfred.

Plug RTL 19h45: Sexy Beast [3*]

De Jonathan Glazer (2000). Avec Ray Winstone, Ben Kingsley.

Sous ce titre racoleur se cache un étonnant film de gangsters britannique, jubilatoire dans sa manière de détourner des thèmes usés jusqu’à la corde et de prendre son temps pour installer l’atmosphère. La scène d’ouverture donne déjà le ton: mi-sérieux, mi-ludique. Avec un "casse du siècle" expédié en 5 minutes chrono et un face-à-face retors entre l’imposant Winstone et Kingsley.

Arte 21h05: Moulin Rouge [2*]

De John Huston (1953). Avec José Ferrer, Zsa Zsa Gabor.

En s’attaquant à la biographie de Toulouse-Lautrec, Huston savait qu’il lui fallait compter avec la censure de son époque: il opte donc pour une vision romancée de la vie du peintre et se concentre sur l’ambiance visuelle du film dont les grands aplats de couleurs évoquent ses toiles. Huston raconte dans ses mémoires que Picasso, intrigué par le film, avait loué une chambre d’hôtel pour épier le tournage en extérieur.

Sur le même sujet
Plus d'actualité