Les meilleurs films de ce 3 mai

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Des saumons dans le désert, avec Ewan McGregor
  • Paprika, de Satoshi Kon
  • Observe And Report, Ronnie la gaffe, avec Ray Liotta
  • L’entente cordiale, avec Christian Clavier

846441

Be 1 20h55: Des saumons dans le désert [3*]

De Lasse Hallström (2011). Avec Ewan McGregor, Emily Blunt.

Introduire le saumon dans les rivières yéménites, quelle idée stupide! C’est pourtant le point de départ de cette gentille comédie aux accents très british et qui profite de ce prétexte loufoque pour brasser plusieurs thèmes. De la fresque amoureuse à la satire d’un monde politique prêt à toutes les incohérences pour glaner des voix, le film fait mouche tout enbénéficiant du charme de ses interprètes principaux.

Club RTL 22h20: Paprika [3*]

De Satoshi Kon (2006).

Des scientifiques mettent au point une machine redoutable pouvant explorer les rêves des individus. Avec son univers visuel splendide, cette petite perle de l’animation nipponne évolue dans un contexte fantasmagorique et captivant de thriller parano, et soulève une réflexion pertinente sur la technologie et les abus qui peuvent en découler. Une intrigue complexe mais rudement bien fignolée!

La Deux 20h05: Observe And Report, Ronnie la gaffe [2*]

De Jody Hill (2009). Avec Seth Rogen, Ray Liotta.

Passé quasiment inaperçue lors de sa sortie dans les salles, cette comédie permet pourtant à Seth Rogen de se livrer à un véritable one man show – tout le film semblant être calibré au millimètre pour permettre à l’acteur de se laisser aller. Si les gags ne volent pas très haut, le film assume complètement son côté frappadingue, agrémenté d’une bonne dose d’humour noir qui envoie joyeusement valser les conventions.

La Une 22h05: L’entente cordiale [1*]

De Vincent de Brus (2005). Avec Christian Clavier, Daniel Auteuil.

Vincent de Brus refait appel à Christian Clavier après L’antidote pour une nouvelle histoire à la mise en scène fort semblable à la précédente. De peur d’en faire trop, le réalisateur n’en fait pas assez, et de nombreuses scènes au potentiel comique se retrouvent sous l’éteignoir, perdant ainsi une bonne partie de leur saveur. Ainsi en va-t-il de la présence de John Cleese, largement sous-employé, qui aurait pourtant pu dynamiser le duo Clavier-Auteuil.

Sur le même sujet
Plus d'actualité