Les meilleurs films de ce 3 juillet

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • J’ai tué ma mère, de Xavier Dolan
  • Un vent de folie, avec Ben Affleck
  • Starbuck, de Ken Scott
  • Les fugitifs, avec Gérard Depardieu

891483

Arte 21h05: J’ai tué ma mère [2*]

De Xavier Dolan (2009). Avec Xavier Dolan, Anne Dorval.

A 20 ans à peine, Xavier Dolan livre un film tonique, tourbillonnant, poseur et intelligent sur l’adolescence. Ses affres, ses questions épineuses d’identité sexuelle, sa férocité et sa prétention. Entraînant dans son sillage, telle une fulgurante comète, son amour pour le cinéma en général et la Nouvelle Vague en particulier. Si le film n’est pas exempt de fautes de goût bien de son âge, c’est clair, un auteur est né!

Ab3 20h05: Un vent de folie [1*]

De Bronwen Hughes (1999). Avec Ben Affleck, Sandra Bullock.

En route pour se marier, un brave New-Yorkais légèrement cul serré rencontre une Miss Catastrophe qui va bouleverser la donne. Entraînant ce couple mal assorti dans un road movie un peu fou, cette petite comédie romantique fait souffler un vent d’originalité dans sa satire du mariage… avant de sagement rentrer dans les ordres.

Be 1 20h55: Starbuck [2*]

Réalisé par Ken Scott (2011). Avec Patrick Huard, Julie Le Breton.

David, 42 ans, est plutôt du genre ado attardé. Jusqu’au jour où il apprend qu’il est le géniteur anonyme de 533 enfants bien décidés à le retrouver! Le postulat est génial, et jamais cette comédie ne faiblit un instant, posant, entre quelques solides crises de rire, des questions éthiques sur lesquelles la société d’aujourd’hui ne peut pas faire l’impasse. Une belle petite comédie douce, tendre, drôle, bourrée de surprises et qui redonne envie de faire des enfants. Plein.

France 4 20h45: Les fugitifs [2*]

De Francis Veber (1986). Avec Gérard Depardieu, Pierre Richard.

Après La chèvre et Les compères, le tandem explosif Depardieu/Richard reprend du service sous la houlette de Francis Veber. La surprise n’y est donc plus tout à fait, mais ces aventures rocambolesques fonctionnent à merveille sur le duo antinomique de la brute et du maladroit. Une scène d’anthologie: Carmet, jouant un vétérinaire bigleux, se voit contraint d’opérer Depardieu et de lui enlever la "baballe" que son compère lui a malencontreusement tirée dans la "papatte"!

Sur le même sujet
Plus d'actualité