Les meilleurs films de ce 29 juin

Découvrez des extraits vidéos des 3 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • La captive aux yeux clairs, avec Kirk Douglas
  • Sucker Punch, de Zack Snyder
  • Miss Karaté Kid, avec Hillary Swank

407708

TCM 11h25: La captive aux yeux clairs [3*]

De Howard Hawks (1952). Avec Kirk Douglas, Dewey Martin.

"Il n’y a pas beaucoup de bonnes histoires à raconter sur l’Ouest. On n’a pas un choix terrible",a déclaré un jour Hawks à qui l’on doit… une poignée de classiques du western. Dans La captive…,il filme une ode à la nature, à l’amitié virile et à la loyauté des Indiens comme peu l’ont fait avant lui. S’inspirant très librement de l’expédition de Lewis et Clark, le cinéaste nous fait suivre le cours sinueux du fleuve Missouri en compagnie de deux hommes, un Blanc et un métis, chargés de ramener en territoire pied-noir une princesse indienne. Un parcours mouvementé que Hawks décrit avec une sobriété exemplaire. Ce classicisme intransigeant lui fit d’ailleurs juger fort sévèrement les westerns crépusculaires enragés comme La horde sauvage de Peckinpah.

Be 1 20h50: Sucker Punch [2*]

De Zack Snyder (2011). Avec Emily Browning, Vanessa Hudgens.

"Vous croyez que je ne peux filmer que des pectoraux mâles sacrifiant, à gros bouillons de sang, leurs séances de bodybuilding pour la gloire de l’Occident?" s’est sans doute dit le réalisateur de 300. Place aux filles en jupettes courtes pour dégommer d’infâmes proxénètes-gardiens d’asile! Sur fond de fantasmes compensatoires d’une pauvrette enfermée sur ordre de son libidineux beau-père, ce combat sexy pour la liberté peut prêter à sourire mais, aussi incroyable que cela puisse paraître, s’avère bluffant à l’arrivée, avec son visuel qui décoiffe.

Club RTL 20h30: Miss Karaté Kid [2*]

De Christopher Cain (1994). Avec Hilary Swank, Noriyuki Pat Morita.

"C’est plus facile avec les garçons!",soupire Monsieur Miyagi qui assume la lourde tâche, dans ce quatrième épisode de Karaté Kid, de transformer une adolescente déboussolée en championne du self-control. Pas violente pour un sou (il y a une seule scène de combat à la fin), cette comédie joue résolument la carte des bons sentiments. Mais elle a un autre atout dans sa manche: on peut y voir Hilary Swank à ses débuts, avant son premier oscar pour Boy’s Don’t Cry et son deuxième pour Million Dollar Baby.

Sur le même sujet
Plus d'actualité