Les meilleurs films de ce 29 avril

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • The Host, de Bong Joon-ho
  • L’antidote, avec Christian Clavier et Jacques Villeret
  • La personne aux deux personnes, avec Daniel Auteil et Alain Chabat
  • Ma part du gâteau, de Cédric Klapisch

343906

France 4 23h35: The Host [4*]

De Bong Joon-ho (2006). Avec Byun Hee-bong, Song Kang-ho.

Après avoir dynamité le polar avec Memories Of Murder, le Sud-Coréen Bong Joon-ho s’attaque au monster movie et frappe plus fort que Godzilla et Tarantula réunis. Toujours surprenant, The Host conjugue action décoiffante, humour noir et brûlot politique. On n’oubliera pas de sitôt l’apparition de la bête sur les bords de la rivière Han, pareille à une tornade force 5.

La Une 20h50: L’antidote [2*]

De Vincent de Brus (2005). Avec Christian Clavier, Jacques Villeret.

Un PDG névrosé, qui ne parvient plus à maîtriser son bégaiement, constate l’effet bénéfique qu’a sur lui la présence d’un petit actionnaire rondouillet. Il décide qu’ils ne se quitteront plus. Même si elle capote vers la fin, cette comédie satirique où la candeur triomphe de la roublardise nous réserve des scènes bien enlevées. Et Villeret, en éternel Pignon, vole la vedette à Clavier.

TF1 2h55: La personne aux deux personnes [2*]

De Nicolas Charlet et Bruno Lavaine (2008). Avec Daniel Auteuil, Alain Chabat.

Employé du genre coincé, Jean-Christian renverse avec sa voiture un ex-crooner qui meurt sur le coup. Enfin, pas totalement, car son esprit "atterrit" dans la tête de notre comptable et se met à lui parler. Cette comédie fantastico-loufoque, premier long métrage du tandem Nicolas et Bruno de Nulle part ailleurs,permet à Auteuil de nous offrir une savoureuse composition. La mèche sur le front, engoncé dans un costume trop étroit, l’acteur défend avec drôlerie son personnage de vieux garçon se découvrant un potentiel inédit.

Be 1 20h50: Ma part du gâteau [2*]

De Cédric Klapisch (2011). Avec Karin Viard, Gilles Lellouche.

Klapisch oscille entre le drame et la comédie à la Capra pour parler d’une mère courage qui, devant nourrir ses trois filles, se fait embaucher comme femme de ménage par un trader amoral. Comme notre héroïne s’appelle France et est confrontée à l’appât du gain effréné de son boss bling-bling, on sent poindre la parabole sociale. Mais le ton de l’ensemble reste hésitant. Heureusement, la tonique Viard emporte le morceau (de gâteau).

Sur le même sujet
Plus d'actualité