Les meilleurs films de ce 28 mai

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • L’épouvantail, avec Al Pacino et Gene Hackman
  • Cœurs brûlés, avec Marlène Dietrich
  • L’amour sans préavis, avec Sandra Bullock et Hugh Grant
  • Pirates, de Roman Polanski

389160

La Une 22h25: L’épouvantail [3*]

De Jerry Katzberg (1973). Avec Al Pacino, Gene Hackman.

Deux semi-clochards entament un voyage à deux en quête d’une seconde chance. Road-movie dans l’Amérique marginale, L’épouvantail est une fable pessimiste sur des exclus qui réclament leur part du "rêve américain". Au contraire du Lauréat de Nichols, ils n’ont qu’un but: s’intégrer dans une société qui ne veut pas d’eux. Pacino et Hackman, superbes, font battre le cœur d’une mise en scène percutante à la lisière du documentaire.

Arte 16h40: Cœurs brûlés [3*]

De Josef von Sternberg (1930). Avec Marlène Dietrich, Gary Cooper.

Première incursion américaine dans l’œuvre du duo Sternberg/Dietrich, tout le film est à l’image de la dernière séquence – mythique! – où Amy Jolie, retirant ses talons aiguilles, se lance à la suite de son légionnaire parti dans le désert. Perfection technique, sentiments incandescents, personnages désenchantés entre roman de gare et sublime…, tout concourt à magnifier le couple Dietrich/Cooper, sans conteste le plus beau de l’histoire du cinéma.

TF1 16h05: L’amour sans préavis [2*]

De Marc Lawrence (2003). Avec Sandra Bullock, Hugh Grant.

Scénariste du navrant Miss FBI: divinement armée, Marc Lawrence prend la caméra en main et ça lui va plutôt bien. Son premier film en tant que réalisateur, produit et joué par son actrice fétiche (Sandra Bullock en maladroite très charmante), a tout de la comédie romantique, certes un brin formatée, mais honorable de bout en bout. Bullock et Grant s’amusent. Et nous aussi.

France 4 18h30: Pirates [2*]

De Roman Polanski (1986). Avec Walter Matthau, Cris Campion.

Dans la même veine que Le bal des vampires mais avec moins de réussite, le réalisateur dynamite le film de pirates, tout en lui rendant hommage. Quelques chutes de rythme n’empêchent pas de goûter avec plaisir à ce Polanski ludique, compilant quelques aventures de derrière les fagots. Truculent, éblouissant même par moments, Pirates porte assurément la griffe d’un cinéaste qui ne fait jamais rien comme les autres.

Sur le même sujet
Plus d'actualité