Les meilleurs films de ce 28 juillet

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Rio, de Carlos Saldanha
  • Valérie ou le pays des merveilles, de Jaromil Jires
  • Écarts de conduite, avec Drew Barrymore
  • Congo, de Frank Marshall

444478

Be 1 20h50: Rio [3*]

Film d’animation de Carlos Saldanha (2011).

Après trois Age de glace,Saldanha retourne au soleil et à ses racines en nous plongeant dans un Rio multicolore où le dernier ara mâle doit lutter contre des trafiquants d’oiseaux… et sa propre peur de voler.On trouve dans ce must de l’animation un scénario à rebondissements, des personnages secondaires superbement dessinés et, en vedette, un couple de perroquets aux mimiques craquantes.

Arte 1h35: Valérie ou le pays des merveilles [2*]

De Jaromil Jires (1970). Avec Jaroslava Schallerova, Helena Anyzova.

En août 68, l’arrivée des chars soviétiques met un point final au Printemps de Prague et à l’effervescence artistique qui l’avait précédé. Alors que certains réalisateurs choisissent l’exil (Forman, Passer…), d’autres restent sur place et tentent de continuer à s’exprimer, malgré la censure. Jires fait partie de ces derniers et filme, en 70, une adaptation adulte d’un roman de Nezval fortement inspiré par l’Alice de Lewis Carroll. Valérie s’affirme comme un conte érotico-initiatique sur le passage de l’enfance à l’adolescence qui se prête à plusieurs niveaux de lecture.

Plug RTL 20h00: Écarts de conduite [2*]

De Penny Marshall (2001). Avec Drew Barrymore, Steve Zahn.

Réalisatrice inégale, Marshall a quand même tourné le savoureux Big et ces Écarts basés sur l’autobiographie de Beverly d’Onofrio, fille-mère à 17 ans. C’est dire si la comédie se teinte parfois de gravité au fil des déboires de notre antihéroïne bien défendue par Barrymore et confrontée à une Amérique intolérante mais aussi à ses propres faiblesses.

AB3 20h30: Congo [1*]

De Frank Marshall (1995). Avec Dylan Walsh, Laura Linney.

Congo nous laisse entendre que l’Afrique est restée inchangée depuis le premier Tarzan sonore où l’on s’exclame lorsqu’un porteur noir tombe dans le ravin: "Ciel! Nous venons de perdre nos munitions!" Ici, il est question de diamants convoités par une firme de télécom, d’une cité mythique, d’une bande de singes hostiles aux vaillants explorateurs, mais c’est chou vert et vert chou.

Sur le même sujet
Plus d'actualité