Les meilleurs films de ce 28 janvier

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Aviator, de Martin Scorsese
  • La bête humaine, avec Jean Gabin
  • Largo Winch II, avec Sharon Stone
  • Die Hard 4.0, avec Bruce Willis

752043

La Une 22h20: Aviator [3*]

De Martin Scorsese (2004). Avec Leonardo DiCaprio, Cate Blanchett.

Pour leur seconde collaboration (après Gangs of New York), Scorsese et DiCaprio abordent vingt années de la vie tumultueuse du magnat Howard Hugues, en plein âge d’or du cinéma hollywoodien. L’occasion pour les acteurs de se livrer à des compositions étonnantes de mimétisme en incarnant leurs prestigieux aînés. Et pour DiCaprio de faire preuve d’un perfectionnisme qui n’aurait pas déplu au caractère perturbé du milliardaire excentrique.

Tv5 21h00: La bête humaine [3*]

De Jean Renoir (1938). Avec Jean Gabin, Simone Simon.

En guise d’introduction à cette adaptation contemporaine du célèbre roman de Zola, Renoir nous emmène de longues minutes sur la ligne ferroviaire Paris-Le Havre, dans une séquence sans dialogues mais où les tunnels traversés symbolisent à merveille tout ce qui va suivre. En sortir peut être vu comme une apparence d’espoir, alors qu’en réalité les personnages sont en route vers un destin tragique inéluctable. Un drame humain puissant.

La Une 20h20: Largo Winch II [2*]

De Jérôme Salle (2011). Avec Tomer Sisley, Sharon Stone.

Succès du premier épisode oblige, le célèbre héros créé par Jean Van Hamme reprend les traits de Tomer Sisley pour une nouvelle aventure menée tambour battant et qui n’a rien à envier aux grosses productions américaines. Tourné en partie dans des studios près de Bruxelles, le film remplit sa mission de divertissement d’action qui ne se soucie pas toujours de la vraisemblance mais dont le punch tient suffisamment en haleine.

Club Rtl 20h30: Die Hard 4.0 [2*]

De Len Wiseman (2007). Avec Bruce Willis, Timothy Olyphant.

Douze ans après le troisième épisode, John McClane n’a rien perdu de ses réflexes époustouflants! Bruce Willis campe à nouveau son personnage fétiche, dont l’autodérision et l’inexpérience des techniques modernes réservent quelques scènes savoureuses. À un rythme pétaradant, le récit en profite aussi pour cliquer du bout de la souris sur les dangers d’une société où tout est régi par des ordinateurs pas si infaillibles que ça.

Sur le même sujet
Plus d'actualité