Les meilleurs films de ce 27 mars

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Ma vie en l’air, avec Marion Cotillard et Vincent Elbaz
  • Soupçons, d'Alfred Hitchcock
  • Le dernier tournant, avec Michel Simon
  • Le fils à Jo, avec Gérard Lanvin

333750

France 4 20h38: Ma vie en l’air [3*]

De Rémi Bezançon (2003). Avec Vincent Elbaz, Marion Cotillard.

Pour son premier film, Bezançon vole à la hauteur des meilleures comédies romantiques américaines. Donnant un sacré coup de jeune à la comédie française, le cinéaste plante un scénario relativement simple – Yann a pour seule phobie l’avion et, pas de bol, la femme de sa vie s’envole pour l’autre bout du monde… – qu’il pimente de trouvailles géniales et d’une mise en scène aérée. Une bulle d’air qui donne furieusement envie de tomber amoureux!

TCM 20h40: Soupçons [2*]

D’Alfred Hitchcock (1941). Avec Cary Grant, Joan Fontaine.

Fille d’un riche général, Lina soupçonne son mari de vouloir la tuer pour empocher la prime d’assurance. Hitch fait monter la tension, tablant sur l’apparente tranquillité d’un village anglais. Une angoisse qui trouve son point d’orgue dans la fameuse scène du verre de lait que le mari apporte à une Joan Fontaine terrorisée. Si le film a un peu vieilli, il témoigne sans peine du génie du Maître pour jouer avec nos nerfs.

France 2 1h30: Le dernier tournant [2*]

De Pierre Chenal (1939). Avec Fernand Gravey, Michel Simon.

La première adaptation du célèbre polar de Cain, Le facteur sonne toujours deux fois, est française, avec Pierre Chenal aux commandes et Michel Simon devant la caméra pour un thriller centré sur un trio amoureux noir de noir. Épousant au plus près la trame du roman, Chenal réalise une tragédie au cordeau dont le pessimisme sombre semble déjà évoquer les ombres inquiétantes d’une inévitable Seconde Guerre mondiale.

Be 1 20h50: Le fils à Jo [1*]

De Philippe Guillard (2010). Avec Gérard Lanvin, Jérémie Duvall.

Sur une trame proche de Billy Elliot, une légende de rugby rêve de voir cavaler son fils comme un artiste sur le terrain. Sauf que le gamin est plutôt du genre intellectuel. Un corps à corps gentillet s’engage alors entre le fils et le père au fil d’un récit maladroit, mais profondément sincère. Si l’on ne s’ennuie pas vraiment, l’essai de l’ex-rugbyman devenu cinéaste n’est pas tout à fait transformé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité