Les meilleurs films de ce 27 février

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Caché, de Michael Haneke
  • Malveillance, de Jaume Balaguero
  • Speed, avec Keanu Reeves
  • Envoyés très spéciaux, avec Gérard Lanvin

797105

Arte 20h50: Caché [3*]

De Michael Haneke (2005). Avec Daniel Auteuil, Juliette Binoche.

"C’est aux spectateurs de décider de la façon de voir le film. Je ne suis pas un maître d’école, je n’ai aucune leçon à donner." Fidèle à lui-même, Haneke laisse donc libre cours à notre imagination dans cette mise en scène lente, aux nombreux plans fixes, et qui débouche sur une profonde réflexion sur le pouvoir manipulateur de l’image. En nous renvoyant ainsi à notre propre voyeurisme, le cinéaste distille à nouveau le malaise de manière diabolique.

Be1 20h55: Malveillance [3*]

De Jaume Balaguero (2011). Avec Luis Tosar, Marta Etura.

S’il était encore besoin de prouver que Balaguero est un des nouveaux maîtres de l’épouvante, Malveillance en serait la démonstration éclatante. Privilégiant à nouveau – à l’instar de [Rec] – l’espace clos d’un immeuble, le récit navigue avec bonheur entre le thriller et la comédie noire pour développer un personnage de concierge d’une rare perversité incarné par un brillant Luis Tosar. Le final, à l’image du reste, vaut son pesant d’effroi.

Club Rtl 20h30: Speed [2*]

De Jan de Bont (1994). Avec Keanu Reeves, Sandra Bullock.

Pourquoi se casser la tête à détourner un avion quand on peut tout aussi bien prendre un bus en otage ? Si cette idée de départ paraît moins spectaculaire, Jan de Bont déjoue avec brio les pronostics, en obligeant le véhicule piégé à ne pas descendre sous une certaine vitesse, sous peine de faire exploser Keanu Reeves et Sandra Bullock en mille morceaux. Embarquement immédiat pour un suspense garanti et redoutablement efficace.

France 4 20h45: Envoyés très spéciaux [1*]

De Frédéric Auburtin (2008). Avec Gérard Lanvin, Gérard Jugnot.

Pour la première fois en tandem au cinéma, les deux Gérard auraient pu composer un duo très spécial en abordant les dérives de la course effrénée à l’info, qui poussent bon nombre de chaînes à ne plus assez vérifier l’authenticité de leurs sources. Dommage que Frédéric Auburtin ne se soit pas senti l’âme d’un grand reporter: filmée plutôt mollement, sa comédie se repose trop sur les contrastes souvent amusants entre les deux personnages.

Sur le même sujet
Plus d'actualité