Les meilleurs films de ce 26 juin

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Eyes Wide Shut, de Stanley Kubrick
  • En chair et en os, de Pedro Almodovar
  • Une vie, avec Maria Schell
  • Vitus, l’enfant prodige, avec Bruno Ganz

407590

La Deux 20h20: Eyes Wide Shut [3*]

De Stanley Kubrick (1999). Avec Tom Cruise, Nicole Kidman.

Le dernier Kubrickest une œuvre à multiples facettes qui dépasse de loin les sempiternels drames de la jalousie ou le genre galvaudé du sexy-thriller. Pour filmer la virée nocturne d’un médecin new-yorkais perturbé par l’étrange confession de sa femme, Kubrick bâtit son intrigue avec un art consommé du tempo et laisse planer suffisamment de doutes sur ce que nous voyons pour rapprocher le récit d’un cauchemar éveillé. Passionnant.

Plug RTL 20h00: En chair et en os [3*]

De Pedro Almodóvar (1997). Avec Javier Bardem, Liberto Rabal.

Grand portraitiste de femmes, Almodóvar se penche cette fois sur des hommes au bord de la crise de nerfs. Encadré par les deux naissances qui ouvrent et ferment ce film couvrant plus de deux décennies, En chair et en os entremêle avec brio les destins d’une poignée de personnages émouvants. Dans un rôle tout en retenue, Bardem est comme toujours excellent.

France 2 1h40: Une vie [3*]

D’Alexandre Astruc (1958). Avec Maria Schell, Christian Marquand.

En tant que critique, Astruc développa dès 1948 plusieurs idées directrices de la future Nouvelle Vague. Il annonça la fameuse "politique des auteurs" qui consacre le primat du réalisateur sur le scénariste, et prôna l’usage de la "caméra-stylo" où le cinéma devient un moyen d’expression aussi souple que le langage écrit. Passé à la mise en scène, il n’a pas toujours dirigé des œuvres dignes de son talent de visionnaire. Mais Une vie de Maupassant l’a inspiré et il en a donné une adaptation magnifique, à la fois lyrique et cruelle.

Arte 14h30:Vitus, l’enfant prodige [2*]

De Fredi M. Murer (2006). Avec Bruno Ganz, Teo Gheorghiu.

Les parents du surdoué Vitus envisagent pour lui une prestigieuse carrière musicale, mais notre petit génie a d’autres rêves. Murer (Höhenfeuer)nous revient avec une fable savoureuse qui soulève d’importantes questions: l’éducation ne doit-elle pas viser avant tout l’autonomie de l’enfant? Et que signifie la performance si l’affectif ne suit pas?

Sur le même sujet
Plus d'actualité