Les meilleurs films de ce 26 juillet

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Bienvenue chez les Robinson,de Stephen .J Anderson
  • Le kimono pourpre, de Samuel Fuller
  • Le sauvage, avec Catherine Deneuve
  • Mains armées, avec Roschdy Zem

908777

Club RTL 20h25: Bienvenue chez les Robinson [2*]

De Stephen J. Anderson (2007). Avec les voix de Victor Naudet, Thomas Sagols.

En large perte de vitesse, Disney s’est longtemps cherché une seconde jeunesse. C’est avec ce dessin animé – traditionnel dans le fond mais très innovant dans la forme (il s’agit de la première association Disney/Pixar) – que les héritiers de tonton Walt ont relancé les affaires familiales. En effet, on ne s’ennuie pas une seconde devant cette histoire fantaisiste et inventive qui nous entraîne, à la suite de ses personnages délirants, aux portes du fantastique.

TCM cinéma 20h40: Le kimono pourpre [2*]

De Samuel Fuller (1959). Avec Victoria Shaw, Glenn Corbett.

Deux inspecteurs, un Américain et un Japonais, enquêtent sur le meurtre d’une strip-teaseuse. Cinéaste farouchement indépendant, Fuller n’a jamais rien fait comme les autres. La preuve avec ce thriller faussement conventionnel qui charrie un triangle amoureux inhabituel, un éloge antiraciste et des comédiens peu connus par souci de véracité. Le tout emballé dans des découpages nerveux et de belles vues de Little Tokyo à Los Angeles.

Arte 13h35: Le sauvage [2*]

De Jean-Paul Rappeneau (1975). Avec Yves Montand, Catherine Deneuve.

Ancien P.D.G., Martin a tout quitté pour aller vivre sur une île. Le bonheur, quoi, jusqu’à ce que surgisse l’impétueuse Nelly. Légères comme du Lubitsch, ces aventures exotiques se goûtent à la façon d’un vaudeville de très haute tenue. Si Montand est remarquable, Deneuve se révèle carrément prodigieuse dans le rôle de cette enquiquineuse de première. Sans compter qu’elle n’a jamais été aussi belle.

Be 1 20h55: Mains armées [2*]

De Pierre Jolivet (2012). Avec Roschdy Zem, Leïla Bekhti.

Lors d’une enquête sur un trafic d’armes, Lucas retrouve sa fille Maya, qu’il a abandonnée à la naissance. Armes à la main, ils se révèlent de bons flics. Dans les rôles du père et de la fille, c’est une autre affaire. Bekhti toise avec aisance un Roschdy Zem parfait, comme d’habitude. Un polar de Jolivet marqué par la virilité inhérente au genre, mais aussi par les zones d’ombre de ses héros.

Sur le même sujet
Plus d'actualité