Les meilleurs films de ce 26 décembre

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Lawrence d’Arabie, avec Peter O'Toole
  • Spartacus, de Stanley Kubrick
  • Ed Wood, avec Johnny Depp
  • Retour vers le futur, avec Michael J. Fox

719285

Club RTL 20h30: Lawrence d’Arabie [4*]

De David Lean (1962). Avec Peter O’Toole, Alec Guinness.

La personnalité controversée de T.E. Lawrence, fanfaron mégalomane pour les uns, chef militaire de premier plan pour les autres, permet à Lean de donner le meilleur de lui-même dans cette épopée qui n’écarte aucune dimension du personnage. Tourné dans des conditions éprouvantes en Jordanie, au Maroc et en Espagne, le film capte la magie du désert et dose savamment l’action, la réflexion politique et l’analyse psychologique. 

France 3 13h50: Spartacus [3*]

De Stanley Kubrick (1960). Avec Kirk Douglas, Laurence Olivier.

Remplaçant au pied levé Anthony Mann dont le travail déplaisait à la star (et producteur) Kirk Douglas, Kubrick dirige comme un général en campagne son unique péplum, scénarisé par le blacklisté Dalton Trumbo, d’après un roman de l’écrivain communiste Howard Fast, évincé du travail d’adaptation. Si le produit final se ressent de ces conflits, Spartacus reste un péplum haut de gamme dont les morceaux de bravoure inspireront Gladiator.

Arte 22h25: Ed Wood [3*]

De Tim Burton (1994). Avec Johnny Depp, Martin Landau.

Toujours en quête de personnages décalés, Burton revisite avec un humour tendre et incongru la bio de celui qu’on appela "le plus mauvais réalisateur de tous les temps". En montrant, au fil de séquences reconstituées très fidèles aux longs métrages originaux d’Ed Wood, qu’il faut autant d’énergie et de passion pour faire un mauvais film que pour en faire un bon, Burton rend un bel hommage – en noir et blanc – au cinéma de série Z.

TF1 13h55: Retour vers le futur [3*]

De Robert Zemeckis (1985). Avec Michael J. Fox, Christopher Lloyd.

Grâce à la machine de Doc Brown, Marty est propulsé en 1955 et constate que son dadais de père risque de ne jamais le concevoir. Il va lui donner un coup de pouce… en refusant les avances de sa future mère tombée amoureuse de lui! Zemeckis a bien digéré Freud même si, dans ce film pour teenagers, les péripéties l’emportent sur les considérations philosophiques. N’empêche, ce succès des années 80 est une brillante variation sur le voyage temporel.

Sur le même sujet
Plus d'actualité