Les meilleurs films de ce 25 mars

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Guet-apens, avec Steve McQueen
  • L’œil du mal, avec Shia LaBeouf
  • Passe-passe, avec Nathalie Baye
  • Eaux sombres, avec Jennifer Connelly

814389

Arte 20h50: Guet-apens [2*]

De Sam Peckinpah (1972). Avec Steve McQueen, Ali McGraw.

Mis en chantier pour relancer les carrières respectives de Peckinpah et McQueen, Guet-apens créa un clash entre les deux hommes. En cause, l’adaptation fadasse par le débutant Walter Hill du roman noir Lien conjugal de Jim Thompson. Mais aussi la dépendance de McQueen à la drogue… et à sa partenaire de plateau, alors fiancée au producteur Robert Evans. Au final, ce film de cavale porte par endroits seulement la patte incisive de Peckinpah, mais il reste très divertissant.

AB3 20h05: L’œil du mal [2*]

De D.J. Caruso (2008). Avec Shia LaBeouf, Rosario Dawson.

Un modeste employé se retrouve malgré lui embrigadé dans une sombre machination impliquant le FBI, l’armée et le terrorisme international. Accumulant avec frénésie les scènes d’action, Caruso resserre son thriller paranoïaque autour d’un excellent Shia LaBeouf. Si les ressorts de l’intrigue ont un air de déjà-vu, le cinéaste développe néanmoins une réflexion intéressante sur notre monde gavé de technologie. Big Brother est toujours là!

La Une 21h55: Passe-passe [1*]

De Tonie Marshall (2008). Avec Nathalie Baye, Edouard Baer.

Un ex-prestidigitateur, menacé par un beau-frère irascible, tombe par hasard sur une agent double de charme. Poursuivi de toutes parts, le couple de fortune doit faire face aux tours de passe-passe de Marshall, orchestrant des quiproquos attendus et sans grande magie. Mais quand Nathalie Baye empoigne son personnage à bras-le-corps, le film vit enfin: c’est elle qui mène le tempo et donne du rythme à cette comédie figée comme un Baer qui, face à la belle Nathalie, bâille d’admiration.

Club RTL 20h30: Eaux sombres [1*]

De Walter Salles (2005). Avec Jennifer Connelly, John C. Reilly.

Le Brésilien Salles américanise le classique d’horreur de Nakata. Mais contre toute attente, ce remake interprété par la belle Jennifer Connelly ne coule pas dans la surenchère. Côté frissons, c’est même plutôt raté. Malgré cette impression de flotter entre deux eaux, le cinéaste dresse un joli portrait mère-fille.

Sur le même sujet
Plus d'actualité