Les meilleurs films de ce 25 janvier

Découvrez des extraits vidéos des 4 films choisis par la rédaction qui sont diffusés aujourd'hui en télé.

  • Elle ne pleure pas, elle chante, avec Erika Sainte
  • H2G2: le guide du voyageur galactique, de Garth Jennings
  • Top Gun, avec Tom Cruise
  • Les amants du Nouveau Monde, avec Demi Moore

751815

Arte 22h20: Elle ne pleure pas, elle chante [3*]

De Philippe de Pierpont (2011). Avec Erika Sainte, Laurent Capelluto.

Écrivain pour la jeunesse, Amélie Sarn a publié son premier roman pour adultes en 2002. Elle y parle, d’une manière autobiographique à peine voilée, de son enfance volée, violée, et de la difficulté de se libérer du passé. Adapté en bande dessinée par Corbeyran et Murat, Elle ne pleure pas, elle chante est devenu un long métrage mis en scène avec une retenue exemplaire par Philippe de Pierpont et porté par l’interprétation lumineuse d’Erika Sainte.

Club RTL 22h15: H2G2: le guide du voyageur galactique [2*]

De Garth Jennings (2005). Avec Mos Def, Martin Freeman.

Les astronomes sérieux sont priés de s’abstenir mais bienvenue aux adeptes du nonsense – le film s’inspire d’un feuilleton radio diffusé en 78 à la BBC. Le meilleur de H2G2 tient à son esprit "monty-pythonesque" même si, coproduction américano-britannique oblige, Jennings arrondit les angles pour s’adresser aussi aux teenagers friands de gadgets et de monstres baveux.

AB3 20h05: Top Gun [2*]

De Tony Scott (1986). Avec Tom Cruise, Kelly McGillis.

Ce film propulsa Cruise au sommet. Il faut dire que l’histoire, centrée sur l’apprentissage d’intrépides pilotes de chasse, avait tout pour plaire à l’establishment. L’armée apporta d’ailleurs son soutien à l’équipe, après approbation du scénario par le Pentagone. Porté par les effluves du tube Take My Breath Away, Cruise fait le joli cœur devant McGillis. Mais si le film nous remue, il le doit surtout aux scènes de voltige aérienne.

Plug RTL 20h40: Les amants du Nouveau Monde [2*]

De Roland Joffé (1996). Avec Demi Moore, Gary Oldman.

"On a jamais si mal et si peu parlé d’amour dans un roman d’amour",écrit Jacques Cabau dans une analyse de La lettre écarlate de Hawthorne, un classique de la littérature américaine du XIXe. Joffé a donc complété ce qui était laissé en pointillés par l’écrivain pour faire d’un drame hanté par les notions de péché et de rédemption une histoire de passion et de révolte. Un choix judicieux, malgré quelques maladresses.

Sur le même sujet
Plus d'actualité